Pour une recherche collaborative

Observer des pratiques musicales collectives en REP+ à Toulouse

Télécharger l’article

L’objectif est d’étudier les projets musicaux axés sur des pratiques musicales collectives, parfois identifiées sous l’appellation « orchestre à l’école », en lien, avec les questions d’impact social, d’inégalités territoriales, sociales, culturelles et scolaires. Il s’agira plus particulièrement de mesurer les effets de ces dispositifs sur le développement de compétences sociales, dans les zones qualifiées déducation prioritaires, en lien avec l’école, le collège (REP, REP+). Le but est de produire, in fine, des données pour aider au pilotage de ces actions. L’idée est de mieux connaître (explorer, décrire, comprendre) ce qui existe en matière de pratiques musicales au niveau local (Toulouse), dans le temps scolaire. Le besoin d’élargir l’approche par des données probantes, avec des entrées à la fois quantitatives et qualitatives est établi.

Contexte

Le territoire de cette étude est centré sur le Mirail à Toulouse. Le Mirail est constitué de trois quartiers : Bellefontaine, Reynerie et Mirail Université. Le Mirail est situé sur la rive gauche de la Garonne et sur le territoire de la commune de Toulouse. La surface occupée par cette Z.U.P est environ la surface du centre-ville (184 ha), le taux de logements sociaux est de 58%, le taux de chômage de 33,2 %, le revenu fiscal médian est de 6 696 € par an, soit 550 euros/mois contre 19 006 par an et 1580 € par mois pour le reste de Toulouse. Un certain nombre d’initiatives en faveur des pratiques musicales dans et hors de l’école au-delà de l’heure hebdomadaire obligatoire ont vu le jour, dès les années 1990. À partir de 2009, une forme d’institutionnalisation de certaines de ces pratiques dont les pratiques orchestrales, se met en place autour de l’école Bastide et un an plus tard du collège de Bellefontaine. La recherche collaborative portera précisément sur le quartier Bellefontaine.

La récente décision de reconstruction des collèges Raymond Badiou et Bellefontaine sur un autre site (Saint Simon) en lien avec le projet du Rectorat d’amélioration de la mixité sociale dans les collèges haut-garonnais (Caillaut, 2017, DASEN chargé du dossier, commission des formations du 10 mai 2017, ESPE) rend d’autant plus significatif l’objet de cette étude : les questions par exemple de pérennité, de viabilité, de validité et de pertinence de projet vont devoir se (re)poser.

Genèse de la recherche collaborative

Un groupe de chercheurs s’est réuni sur ces questions pour organiser en octobre 2016 une première journée d’étude à l’ESPE Toulouse Midi-Pyrénées (Canguilhem Ph., Tripier-Mondancin O., Martin F., Guy D., Maizières F.). Plusieurs étudiants inscrits en master MEEF (premier et second degré), musicologie et design de service co-construisent et mènent avec leurs directeurs de recherche des entretiens durant l’année 2016-2017 (Charlotte Morisseau, anciennement responsable des projets « orchestre à l’école », responsable du département Play Music, conservatoire des projets orchestre à l’école, Sabine Morié, CPEM, Elisabeth Martinez coordinatrice de la REP+ Bellefontaine, Karina Cobo-Dorado, assistante d’enseignement artistique (en clarinette), Clémence Lacroix professeur agrégé de musique au collège Bellefontaine, Sandrine Petrali IA-IPR musique, Valérie Boubekeur, chargée de la musique à l’action culturelle du Rectorat).

Fin août 2017, un groupe constitué de chercheurs, d’étudiants et de différents acteurs de ces projets (tableau 2 en annexe), décide de se réunir une demi-journée par mois, dans le cadre du LDI, Laboratoire Des Idées, Structurations Des Mondes Sociaux (UTJJ), en lien avec deux des groupes déjà actifs, celui sur la mixité sociale qui avait démarré avant les attentats et qui débouche sur une recherche collaborative et celui sur le chômage et la précarité. Il est à noter que le LDI constitue l’interface avec la société civile du Labex Structuration des Mondes Sociaux (SMS).

Quelques questions et hypothèses

  • La pratique musicale collective participe-t-elle à la structuration des mondes sociaux, à la cohésion sociale, à la réussite scolaire ? Quelle est sa portée ?
  • Quelles sont les finalités poursuivies, les intentions, les valeurs des acteurs qui participent à ces projets ?
  • Quels sont les liens entre problèmes, besoins énoncés, difficultés relevées au niveau de l’éducation prioritaire et objectifs de ce type de projet ? Y a-t-il eu des états des lieux avant de commencer, en cours de projet ?
  • Les impacts et ou effets sur les compétences sociales et cognitives, sur le climat scolaire sont-ils mesurables,
    quantifiables ? Y a-t-il eu des bilans, des évaluations faites au long de ces projets ?
  • Quel rapport les familles des élèves entretiennent-elles avec les acteurs de ces projets musicaux ?
  • Quelle est la place de la musique dans le rapport au savoir, déclaré par des élèves, dans les quartiers dits
    défavorisés ?
  • Quel rapport aux savoirs musicaux développés dans le cadre de ces projets les élèves entretiennent-ils, quels sont leurs centres d’intérêts musicaux, quel sentiment de compétence ont-ils ?
  • Est-il envisageable d’observer le devenir de ces élèves (suivi de cohortes) ?

L’hypothèse de la réduction des fractures sociales par l’accès à la culture musicale est posée.

Un Diplôme Universitaire « Politique, Religion, Laïcité » à Toulouse : pour qui, pourquoi ?

Par Corinne Bonnet, Professeur d’Histoire grecque, UT2J, co-responsable du DU Politique Religion Laïcité (UT2J – Sciences Po Toulouse) & Luc Chantre, Chargé de cours au sein du DU

Télécharger l’article

Depuis 2016, dans un contexte plus prégnant que jamais, le Département d’Histoire de l’Université Toulouse – Jean Jaurès (UT2J) et Sciences Po Toulouse proposent une formation approfondie et pluridisciplinaire portant sur les enjeux liés à la place des religions et de la laïcité dans l’espace public. Ce diplôme universitaire est tourné en priorité vers la Formation Continue et vise les professionnels confrontés à des situations complexes et délicates, en rapport avec les religions et la laïcité, en somme le « vivre ensemble » : monde de l’éducation, fonction publique nationale et territoriale, secteur socio-médical culturel et judiciaire, forces de l’ordre, travailleurs associatifs et ONG, presse, ressources humaines, responsables religieux, etc. Le pari de ce Diplôme Universitaire, c’est qu’une meilleure connaissance des enjeux, des données politiques, historiques, géographiques, juridiques, sociologiques… conduit vers une approche plus sereine et construite des problèmes au quotidien.

Au travers de six modules, répartis sur un an (ou éventuellement sur deux ans), des modules qui peuvent aussi être suivis à la carte, on offre aux stagiaires les ressources théoriques et pratiques nécessaires pour affronter questions et situations (accueil de publics, entretien d’embauche, formations, visites médicales, mise au point de règlements intérieurs, encadrement de mineurs …) avec une parfaite conscience des implications et une connaissance approfondie des ressources disponibles.

Pour faire face à une demande politique, sociale et intellectuelle croissante, ce diplôme met en commun des ressources et spécialités diverses et complémentaires : le droit et l’histoire du droit, la science politique, l’histoire comparée des religions et de la laïcité, la sociologie, l’anthropologie, la géopolitique. Sa spécificité réside dans l’articulation entre religions et laïcité, ainsi que dans l’approche pluridisciplinaire des questions de société concernées, loin de tout biais sécuritaire. En outre, la formation s’adosse à l’expérience professionnelle des participants et propose à chacun d’approfondir une thématique spécifique, sous la conduite d’un enseignant référent. Chaque promotion – la troisième commencera sous peu en janvier 2018 – est aussi l’occasion d’échanges féconds et durables entre les enseignants et les stagiaires, mais aussi entre les stagiaires eux-mêmes, issus de milieux professionnels divers.

Les textes qui suivent sont le fruit d’une présentation dans le cadre du Laboratoire des Idées du Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux), au Quai des Savoirs. Trois stagiaires de la première promotion ont accepté de présenter synthétiquement leur sujet et les résultats de leur enquête de terrain. L’une porte sur les collectivités territoriales, l’autre sur la question de l’avortement, la troisième sur la perception de la laïcité à l’école. Ce travail d’enquête personnel, généralement conduit dans un cadre professionnel, se nourrit des enseignements et des temps d’échange rendus possible dans le cadre de ce Diplôme Universitaire. Il permet d’apporter un éclairage concret et empirique sur les multiples dimensions du principe de laïcité et de mettre en évidence toute la diversité des situations qui, sans l’ombre d’un doute, nécessitent notre vigilance.

C’est le résultat d’un travail personnel, que nous saluons, mais aussi de nombreux échanges que le Diplôme Universitaire a rendus possibles. Ils apportent un éclairage modeste si l’on veut, mais très concret et empirique, sur divers contextes contemporains qui, sans l’ombre d’un doute, nécessitent notre vigilance.

La laïcité à l’école et ses représentations chez les lycéens

Par Fabienne Bontempi, professeure agrégée de lettres modernes, référente laïcité de l’Académie de Toulouse (2015-2017) ; DU « Politique, Religion, Laïcité »

Télécharger l’article

Contexte et objectifs de l’étude

Quel héritage pour la transmission des valeurs à l’école républicaine ? La conception de l’éducation engage aujourd’hui deux notions, la transmission des savoirs et la formation du citoyen. 1

Ce travail d’enquête s’inscrit dans le cadre de la Grande Mobilisation de l’Ecole pour les Valeurs de la République, laquelle met l’accent sur « la volonté partagée d’une forme nouvelle d’alliance éducative pour soutenir la transmission des valeurs républicaines et la réussite de tous les élèves à l’école. »2

Il repose sur une double problématique : appréhender les modes de perception et d’appropriation par les lycéens du principe de laïcité ; mais aussi analyser dans quelle mesure ce même principe constitue pour ces mêmes lycéens un facteur déterminant de la formation des élèves à la citoyenneté, mission principale de l’école soulignée dans la politique éducative ministérielle.

Il s’agit ainsi de répondre à trois objectifs : ébaucher un état des lieux des représentations, à la croisée d’un thème médiatisé et d’une injonction institutionnelle ; connaître les stratégies d’appropriation mises en œuvre dans les lycées ; identifier les valeurs communes qui font sens à l’école.

Le protocole d’enquête

Sur le temps imparti et en fonction des moyens, il nous a fallu choisir des établissements qui offraient la plus grande diversité d’élèves. Le choix s’est porté sur deux lycées polyvalents – l’un en zone urbaine toulousaine, l’autre dans un département rural – établissements permettant une meilleure fluidité des parcours d’orientation.

Le premier temps de travail a consisté à conduire un entretien avec le chef d’établissement, afin de connaître au mieux le contexte de l’établissement, l’empreinte sociale et le difficile exercice d’une politique éducative. Après discussion avec les chefs d’établissements, l’échantillon s’est constitué à partir d’une une classe de chaque type de voie d’enseignement : générale, technologique ou professionnelle, soit un panel de 180 élèves de classe de première et de terminale, âgés de 16 à 18 ans, avec une proportion de garçons supérieure à celle de filles.

Diffusé en ligne sur l’Environnement numérique de travail, le questionnaire est resté accessible du 7 novembre au 30 novembre 2016, puis prolongé jusqu’au 12 décembre 2016. Il a été conçu autour de trois grands pôles de questions : la définition de la laïcité (questions ouvertes) ; l’adhésion au principe ainsi que les modalités de transmission, principalement avec des questions fermées à un seul choix, en particulier la connaissance de la charte de la laïcité (questions fermées) ; les valeurs essentielles pour les lycéens (deux types de questions).L’objectif du questionnaire est de recueillir des données quantitatives et qualitatives à partir de quatorze questions.

La représentation de la laïcité et des valeurs chez les lycéens

La laïcité présentée par les élèves propose une mosaïque de définitions plurielles, qui isolent la plupart du temps une caractéristique du principe. Un dépouillement manuel a permis d’isoler les grandes constantes de ces définitions. 18% des élèves définissent la laïcité comme une organisation portant sur la séparation du politique et du religieux.15% présentent la laïcité comme une garantie de la liberté de conscience et la liberté de culte. Pour 25 % des élèves, la laïcité permet le respect de toutes les religions. 25% affirment que la laïcité interdit toute manifestation ou signe religieux dans l’espace public.

Transmission et appropriation de la laïcité

Le principe de laïcité semble plébiscité par les lycéens qui y voient massivement un facteur de cohésion. 87,3% considèrent qu’elle permet de vivre ensemble en respectant les choix personnels.

On peut diviser les lycéens en deux groupes : ceux qui n’échangent pas sur le sujet ; ceux qui en parlent avec leur entourage. Nous pouvons voir que l’entourage personnel joue un rôle important dans la transmission des valeurs : la famille est évoquée par 18,9 % des élèves, les amis par 14,4 %. Un bon tiers des élèves a donc construit ces valeurs grâce à cet étayage. Le milieu scolaire, reste important pour un cinquième des élèves qui mentionnent les professeurs parmi leurs premiers interlocuteurs.

Cet échange avec l’entourage immédiat des élèves joue un rôle d’autant plus important que la référence à un projet pédagogique sur la laïcité concerne un cinquième des élèves interrogés. L’appropriation des valeurs républicaines reste donc un domaine porté par les familles essentiellement, et soutenu par l’action éducative.

Cette approche de la transmission des valeurs et de leur appropriation par les élèves constitue un indicateur très positif. En effet, l’adhésion quasi unanime au principe de laïcité signifie qu’en fin de cursus, cet objectif de formation du futur citoyen est atteint. Les élèves témoignent d’une imprégnation réussie des valeurs que porte l’école.

La fonction de la laïcité à l’école selon les lycéens

A l’école, la charte de la laïcité à l’école est connue par une bonne moitié des élèves (55%). Face aux quatre articles de la charte présentant la fonction de la laïcité à l’école, les lycéens associent essentiellement ce principe à la culture du respect de l’autre (43,8%). Ce centrage sur le refus de toute discrimination correspond à la situation réelle, sociale, des lycées. La garantie de la liberté d’expression vient en deuxième, identifiée comme essentielle par un quart des élèves. La formation de l’autonomie et de la citoyenneté vient en troisième rang, avec 17,8% des lycéens. La tendance est d’identifier la laïcité à son rôle structurant pour le vivre ensemble (culture du respect de l’autre et culture commune : 57,2%), davantage qu’à l’espace qu’elle crée pour l’émancipation de l’individu (libre arbitre, liberté d’expression : 42,8%).

La question sur les raisons de leurs choix permet d’affiner les valeurs qui sont associées au principe dans la vie de l’établissement. En effectuant des regroupements thématiques, les réponses ouvrent l’éventail des valeurs-références, tout en maintenant les proportions relevées auparavant.

Ainsi, nous pouvons voir apparaître deux items renforcés : la notion de cohésion de la communauté et de définition de valeurs communes (23%) ; la liberté, de conscience, d’expression, religieuse (30 %). Ces réponses permettent donc de repérer dans le groupe interrogé une vision de la laïcité équilibrée, centrée sur deux piliers :

  • les valeurs qui fondent la communauté : cohésion, respect, égalité

  • les valeurs qui fondent le sujet : savoir, liberté de conscience, liberté de choix

Le profil des valeurs qui se dégagent du questionnaire et les suggestions des élèves confirment l’hypothèse d’une appétence pour des actions collectives. Les lycéens identifient clairement en la laïcité le cadre structurant d’un modèle de vie en société respectueux des différences. Sans nier l’existence de difficultés, ils souscrivent au principe, mais semblent souligner qu’il reste un travail à effectuer pour faire vivre ces valeurs que nous leur enseignons. Le défi de l’école sera sans doute de créer et de pérenniser les espaces et les modalités pédagogiques pour que vivent ces valeurs auxquels ils sont tant attachés. Les réponses des lycéens interrogés sont rassurantes : elles forment des résultats encourageants et nous renseignent sur la correspondance entre les missions assignées à l’école et la réalité de la formation du citoyen. Les réponses très homogènes sur l’adhésion à la laïcité montrent que les élèves ont une conscience réelle du rôle de la laïcité : elle est perçue comme un moyen de vivre ensemble dans une société multiculturelle, et n’est pas remise en question. Dans leur chemin d’apprentissage, ces élèves de première et de terminale, issus de toutes les voies d’enseignement, professionnelle, générale et technologique, filles et garçons, nous rappellent qu’au sortir de l’école, on attend, plein d’espoir, que les idéaux se trouvent réalisés pour que la société soit juste. Le besoin de collectif nettement exprimé vient montrer que le « vivre ensemble » doit encore mieux se pratiquer pour améliorer la vie lycéenne, et faire vivre ces valeurs tant désirées. « Marier l’être collectif aux droits individuels, voilà bien la république. »1

1 Mona Ozouf, De Révolution en République, Les chemins de la France, Quarto Galllimard, Paris, 2015, p.953

1 Conformément à l’article L111-1 du Code de l’Education : « Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l’école de faire partager aux élèves les valeurs de la République. »

Crédits photo : Jean Effel, couverture du livre de Jean Cornec, La Laïcité, Sudel édit, 1965.

Laïcité et collectivités locales

Par Michel CAPMARTIN, Direction de l’Animation Socio-Culturelle, Chef de service territoire 5, Centre culturel Alban Minville, DU  « Politique, Religion, Laïcité »

Télécharger l’article

Des faits religieux laïco-compatibles ?

« Monsieur le Maire a le plaisir de vous inviter à l’ouverture du marché de Noël qui se tiendra sur la Place Nationale… ». « L’équipe enseignante et les parents d’élèves de l’école X invitent petits et grands à la chasse aux œufs de Pâques… ». Il n’est pas rare de croiser ce type d’invitation. Nombres de manifestations ponctuent ainsi notre vie sociale et investissent l’espace public. Si elles sont inscrites dans nos calendriers au même titre que le 14 juillet ou le 1er mai, leur origine religieuse, plus précisément catholique, est indiscutable. Pour autant, elles ne provoquent pas – ou peu – de levées de bouclier au nom de la laïcité. Sans doute cela s’explique-t-il par le fait que ces événements sont considérés comme des composantes d’un socle culturel lié à l’histoire de notre pays. Cela en gomme-t-il pour autant le caractère religieux au point de les rendre laïco-compatibles ? Et dans ce cas, qu’en est-il des manifestations et comportements aujourd’hui porteurs d’autres références religieuses qui tendent à provoquer débats, heurts et polémiques ?

Une France indéniablement multiculturelle

L’Histoire, la tradition, suffisent-elles à justifier cet écart d’assimilabilité républicaine ? Nous pourrions même parler de grand écart au regard de cette même Histoire, dans sa version plus contemporaine, celle d’une France coloniale, puis terre d’immigration, cette France des deuxième, troisième, quatrième générations. Comment la France, engagée sur la route du vivre ensemble, peut-elle négocier le virage de sa multi-culturalité, amorcé depuis le XIXe siècle, sans pour autant verser dans le communautarisme, l’intolérance ou l’exclsion ? Il ne semble pas sérieux de nier les impacts culturels et sociétaux des phases de mutation démographique que la France a traversées au cours des deux derniers siècles. Celles-ci ont peu à peu élargi, diversifié la composition de la population française. Les immigrés d’origines variées ont façonné la société française et lui confèrent aujourd’hui un indéniable visage multiculturel.

Une laïcité marquée par le catholicisme

La diversité est-elle néanmoins suffisamment prise en considération en tant que caractéristique de notre société, notamment au regard des principes républicains sensés en garantir l’unité ? Autrement dit, lorsque l’État légifère en décembre 1905 pour, d’une part, mettre un terme au mélange des genres entre le religieux et le politique et, d’autre part, garantir une liberté de croyance, de pratique religieuse, il le fait essentiellement au regard d’une place quasi monopolistique de la religion catholique. La situation démographique et sociale de la France n’est aujourd’hui plus la même qu’en 1905. Ainsi, quand une récente enquête (de l’Institut Montaigne)1 fait état de l’Islam comme deuxième religion du pays, l’État a beau ne pas avoir à se mêler de la pratique de cette religion plus que d’une autre, force est de constater que l’expression de cette croyance engendre des réactions nombreuses et diverses.

Les collectivités locales en première ligne

Responsable d’un service municipal d’action socioéducative à destination des jeunes des quartiers prioritaires, je suis concerné par ce sujet. Que ce soit depuis le statut d’agent de la fonction publique territoriale et au nom de l’application du principe de neutralité, ou encore dans la relation aux publics avec bien souvent cette nécessité de devoir faire preuve (ou pas !) de souplesse pour préserver , privilégier la relation avec le citoyen – , l’administré, l’usager, le jeune à accompagner… – le positionnement est souvent perçu et vécu comme difficile, sensible, dangereux au regard des enjeux qu’il recouvre ou est supposé recouvrir.

En gardant comme fil conducteur la dimension paradoxale d’une laïcité qui pourrait tout à la fois être facteur ou obstacle au vivre ensemble, nous avons, dans le cadre d’un travail personnel au sein du Diplôme Universitaire « Politique Religion Laïcité » (Université Toulouse – Jean Jaurès et Sciences Po Toulouse), engagé une réflexion sur la place des collectivités locales au regard de leur proximité avec la population et par conséquent du défi qu’elles ont à relever de devoir composer de manière pragmatique avec le principe de laïcité tout en prenant en compte la dimension multiculturelle de notre société. L’enjeu est de construire une cohésion nationale qui passerait par le local, non en référence exclusive à une identité « gallo-française », mais en faisant levier sur sa diversité, ses multiples origines.

Pour tenter d’en savoir plus sur la responsabilité des collectivités locales dans l’expression pragmatique d’une laïcité à l’écoute des spécificités démographiques et culturelles j’ai développé une enquête auprès de différents professionnels ou élus de la mairie de Toulouse et de Toulouse Métropole. L’objectif étant de mieux en identifier les enjeux, les forces et les faiblesses qui se jouent au niveau des collectivités locales en matière de laïcité, et d’illustrer la perception de la laïcité par les représentants de ces collectivités (élus ou techniciens).

19 questions pour tenter d’y voir plus clair.

Par-delà les questions destinées à identifier les enquêtés, l’essentiel des investigations ont visé le rapport à la laïcité, au fait religieux, au vivre ensemble, à la révision ou à l’ajustement de la loi de 1905. En dépit d’une formulation insuffisamment « neutre » des questions fermées, malgré des réponses aux questions ouvertes dont le traitement s’est avéré difficile, et même si des stratégies d’évitement de certains sujets apparaissent, des tendances fortes peuvent être constatées. Si, sans grande surprise, plus de 60% des répondants se sentent une responsabilité en matière de laïcité, l’opinion est étonnamment inverse quant au fait religieux, 58% ne se reconnaissant pas de responsabilité dans ce domaine.

Pareillement, la laïcité n’est quasiment jamais identifiée comme une contrainte ou un obstacle au vivre ensemble, et les difficultés rencontrées au sujet de la laïcité n’émergent pas avec force, puisque 67% estiment ne pas être confrontés à des difficultés de cet ordre ; mais cependant, des exemples ou des cas, divers et nombreux sont cités. Le sujet des quartiers prioritaires identifiés par la Politiques de la Ville y est aussi souvent mis en avant, régulièrement associé à la problématique du communautarisme.

Liberté, Égalité… et la Fraternité ?

Quand les enquêtés sont interrogés sur les valeurs qui représentent au mieux, selon eux, la laïcité, on retrouve dans le trio de tête deux des trois piliers de la République Française : liberté et égalité, (dans 60 % et 45 % des réponses). La fraternité est certes évoquée parmi les dix premières notions, mais dans une proportion nettement moindre (12%). Le respect complète le podium (dans 55 % des réponses) mais il est aussi bien associé à l’ordre public qu’à la religion. Neutralité, tolérance et vivre ensemble sont également cités dans une réponse sur trois.

Des nuances selon le niveau de responsabilité

Si, comme nous l’avons vu, les représentants des collectivités territoriales écartent globalement une responsabilité en matière de fait religieux, il est important de souligner que les managers stratégiques2 se démarquent de cette tendance majoritaire. Dans le même sens, ils ne s’opposent pas farouchement à l’idée d’un assouplissement local du principe de laïcité, face auquel ils reconnaissent à plus de 70% rencontrer des difficultés dans le cadre de leurs fonctions.

Les autres groupes, notamment les managers intermédiaires et les agents en relation avec le public, estiment dans la même proportion ne pas avoir rencontré de difficulté en la matière. Les mêmes rejettent massivement la responsabilité en matière de fait religieux (à plus de 60%), voient la laïcité comme un principe absolu (33 et 45%) et n’envisagent pas l’idée d’ajustements locaux du principe de laïcité (60 et 40%).

Une fracture laïque ?

On observe ainsi deux tendances fortes : d’une part, les cadres stratégiques qui sont attachés aux principes théoriques, mais ouverts à une application souple et d’autre part, les cadres intermédiaires et les agents en face en à face public, qui se font l’écho d’un vécu plus direct, opérationnel et moins souple. Ainsi, les réflexions, les débats autour de cette thématique semblent se dérouler « en central ». Sans parler d’une fracture laïque, et sans mettre en cause l’intérêt et la pertinence de certaines instances de concertation et de débat, leur connexion avec la pratique des agents et de la population semble distendue.

À un niveau politique plus général, l’enquête menée fait écho au débat qui oppose une laïcité apaisée, revendiquée par Jean Baubérot, Abdennour Bidar et d’autres, et une laïcité intégrale, incarnée par Caroline Fourest et la ligne éditoriale de Marianne. Si la vision de la laïcité de ces deux courants divergent, ils semblent pour autant partager certains constats et inquiétudes touchant à la dimension multiculturelle de la société, aux musulmans victimes de discrimination et d’amalgame, à la montée des extrêmes… Chacun fait néanmoins valoir sa position et, sans parler de consensus, la simple mise en commun de leurs connaissances, de leurs énergies, de leurs compétences, visant à tenter d’apporter des pistes d’amélioration à cette situation, semble encore relever de l’utopie, au risque de laisser le champ libre aux tenants d’une laïcité identitaire qui s’exprime dans les rangs d’une certaine droite décomplexée.

1Hakim El Karoui, Un islam français est possible, Institut Montaigne, septembre 2016 : http://www.institutmontaigne.org/fr/publications/un-islam-francais-est-possible.

2. Ce niveau de management recouvre les chefs de service, directeurs, directeur généraux. Il se distingue de celui des managers intermédiaires ou de proximité qui concerne les encadrants d’équipes opérationnelles.

IVG et liberté

Par Nadine Nadalin, infirmière, DU  « Politique, Religion, Laïcité »

Télécharger l’article

Dans le cadre d’une recherche pour l’obtention du Diplôme Universitaire « Politique Religion et Laïcité » porté par l’université Toulouse – Jean Jaurès et Sciences Po Toulouse, je me suis intéressée à l’IVG (Interruption Volontaire de Grossesse) et à l’impact des facteurs religieux sur le recours à l’avortement. Dans une société contemporaine en pleine mutation, le droit à l’avortement n’apparaît toujours pas comme un acquis. Les controverses entre ceux qui y sont favorables et ceux qui s’y opposent sont plus que jamais d’actualité, en Europe et aux États-Unis. Droit institué en France en 1975, au prix de beaucoup de difficultés, il n’est nullement généralisé dans le monde. Ainsi, au sein même de l’Union Européenne, certains pays l’interdisent-ils, d’autres l’autorisant avec des clauses qui peuvent être soit très restrictives, soit très libérales. La contraception et l’avortement restent donc des sujets amplement débattus.

Or, dans le contexte actuel où les religions interfèrent lourdement avec la vie politique, donc aussi avec la vie sociale, on peut se demander si les positions religieuses ont une influence sur la pratique et les normes relatives à l’avortement. Le droit des femmes en ces matières, leur liberté de poser des choix se sont toujours heurtés à de violentes oppositions. Les défenseurs de l’abolition de l’avortement ou de sa restriction militent afin que l’IVG ne soit pas un droit, une option pleinement légitime, mais un ultime recours pour des cas cliniques. En raison de l’impact, notamment médiatique, de cette mouvance anti-IVG, il est apparu pertinent d’étudier l’évolution de l’IVG en France depuis la loi de 1975 et celle des prises de position des deux camps qui continuent de s’affronter, en prenant en compte notamment le poids des facteurs religieux.

On rappellera, pour commencer, par proposer les jalons les plus marquants sur le plan législatif. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen1, et la loi de décembre 1905 loi de séparation des églises et de l’état, Œuvrant pour une mise à distance entre le politique et le religieux. Soixante-dix ans plus tard, la loi promulguée le 17 janvier 1975, dite loi Veil, autorise l’avortement sous certaines conditions, pour une période probatoire de cinq ans. En 1979, elle est confirmée et prolongées. Il faudra attendre 1982 pour qu’on obtienne le remboursement partiel de l’IVG, par la Sécurité Sociale. Cette décision avait été laissée volontairement de côté lors des premiers débats, afin de montrer que l’avortement n’était pas un moyen de contraception banal. En 1992, la loi Neiertz sur le délit d’entrave voit le jour afin de limiter les commandos anti-IVG En 2001, le délai légal de dix semaines passe à douze semaines. L’autorisation parentale ne devient plus nécessaire pour les mineures. Les médecins de ville peuvent en outre pratiquer l’IVG médicamenteuse, avec la pilule abortive. Les établissements publics ont, quant à eux, l’obligation de pratiquer des IVG si bien que des lits sont alloués aux femmes désirant avorter. En 2007, l’IVG médicamenteux s’étend aux centres de planification et de santé. En 2013, le remboursement passe à 100 % avec une valorisation des soins et la gratuité de la contraception pour les mineures. On assiste aussi à la mise en ligne d’un site dédié : www.ivg.gouv.fr.

Depuis une cinquantaine d’années, en France, du fait de l’action du pouvoir législateur, les avortements clandestins n’ont plus cours. La prise en charge est médicalement accompagnée, ce qui a permis de contrôler les avortements et les risques (complications médicales, emprisonnement) pris jadis par les femmes qui y recouraient. En France, sur le plan législatif, le droit des femmes continue de faire son chemin ; en 2014 la condition de détresse est supprimée, afin d’élargir l’accès à l’IVG, tandis qu’en 2015, le délai de réflexion obligatoire est aboli et on étend aux sages-femmes le droit de pratiquer l’I.V.G. médicamenteuse. Très récemment, en février 2017, le délit d’entrave est étendu au domaine du numérique. Ainsi selon le nouveau texte, tout moyen, y compris par voie électronique ou en ligne, notamment par la diffusion ou la transmission d’allégations ou d’indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse, sont punis par la loi.

On doit néanmoins constater que la liberté de choix, garantie par la loi, est encore souvent mise à mal par des pressions collatérales. Une enquête réalisée en 2016, en amont de la dernière retouche législative, propose un état des lieux sur le sujet et esquisse une réflexion sur des questions qui restent fondamentales : les conditions de liberté de choix pour la femme sont-elles toujours garanties. ? Quel est l’impact des groupes de pression religieux sur ces choix ? Comment évaluer celui de l’invocation de la clause de conscience par les professionnels de santé ?


Continuer la lecture de « IVG et liberté »