Archives de catégorie : Chômage et précarité : quelles (nouvelles) perspectives ?

LDI 3

La représentation des chômeurs : un espace encore à conquérir

Chacun a droit à la parole…

Nous vivons dans un monde où nous, citoyens, pouvons prendre la parole, par tous les moyens et au nom de tout ce qu’il peut être.

Il existe pourtant des millions de personnes à qui ce droit est nié, à qui la liberté d’expression et de représentation collective est refusée. Plus grave, cette négation ne suscite guère d’indignation ni même d’étonnement. Ces sans-voix et ces sans écho, ce sont les chômeurs et les précaires.

… Sauf les chômeurs et les précaires !

De quoi sont-ils coupables ? C’est très simple. Quand les structures de dialogue social ont été mises en place, après la seconde guerre mondiale, le chômage n’existait pas, la précarité était informulée. Il n’y avait rien à défendre ni à revendiquer, il n’y avait donc personne à représenter. Si la société a évolué, si les chômeurs et précaires, au sens large, sont devenus, avec près de 10 millions de personnes, le plus grand groupe social de France, les institutions, elles, sont demeurées inertes et ne les ont toujours pas intégrés dans leurs discours.

En effet, le droit social à la représentation pour tous et pour chacun a glissé vers le représentatif légal d’une part, puis vers l’émotionnel et le circonstanciel d’autre part. Si ces deux prismes ont toute leur légitimité, ils excluent de facto les chômeurs. Ceux-ci n’ont pas d’autonomie légale puisqu’ils sont des travailleurs privés d’emploi et comme tels rattachés à la sphère syndicale, rattachement bien théorique et peu efficace. Ils sont également hors du champ de l’émotion tant il est vrai que l’absence d’emploi, à la différence de celle de logement ou de santé par exemple, ne suscite aucune empathie dans la société. Leur présence dans la société va bien au-delà de quelques circonstances économiques : le chômage est un état devenu collectivement permanent.

La représentation des chômeurs et des précaires reste à construire. Mais des expériences montrent que c’est possible et que c’est utile.

Quelle place pour eux dans les syndicats ?

Le maintien théorique des chômeurs dans le monde du travail en matière de représentation a été longtemps – et demeure pour une bonne part encore aujourd’hui – une réalité. Ainsi ce sont des syndicats de salariés, et donc aussi au nom des chômeurs qu’ils ne regroupent que très partiellement, qui co-gèrent avec le patronat l’UNEDIC. Les associations de chômeurs n’y sont ni consultées, ni écoutées de quelque manière que ce soit, même si bien-entendu tous les syndicats n’ont pas la même attitude. Certains, et notamment ceux des salariés de Pôle emploi, soutiennent nettement une expression des chômeurs par eux-mêmes, comprenant qu’il y a complémentarité là où certains veulent voir une concurrence.

Car il existe des associations de chômeurs. En effet, les choses ayant changé avec la massification du chômage et la complexification du droit dans lequel se débattent souvent les chômeurs, des collectifs les regroupant et les représentant se sont créés depuis 30 ans partout en France. Et de la nécessaire défense des droits compliqués des chômeurs est né un embryon de représentation.

Un premier lieu de dialogue à l’ANPE…

Suite à la loi de Lutte contre les Exclusions de 1998, les Comités de Liaison ont fait leur apparition au sein de l’ANPE, de l’AFPA et des Missions Locales, sans jamais pouvoir pénétrer les Assedics qui refusaient ce qui était vécu comme une intrusion. Dix ans plus tard, seuls subsistaient quelques comités, en raison d’un fonctionnement sans souplesse et mal calibré, adapté à des institutions représentatives mais aucunement à des collectifs souples et vivants.

En 2009, le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP) a co-organisé un Colloque à Bercy sur la thématique de la parole collective des chômeurs, où les politiques ont tous acquiescé au besoin de renouvellement de ces lieux de dialogue. Dans la foulée, des rencontres avec la direction du Pôle Emploi ont permis la relance des comités de liaison, départementaux, avec un fonctionnement plus adéquat. Un Comité National de Liaison a également été mis en place. Cette création était par elle-même une grande nouveauté et une réelle avancée. Pour la première fois, un lieu identifié, à l’échelon le plus élevé du service public de l’emploi, permettait un échange entre les associations siégeant dans les CDL (AC !, APEIS, la CGT Chômeurs, MNCP et SNC), les syndicats de salariés représentatifs au plan national et la direction générale de Pôle emploi.

… Qui se développe au Pôle Emploi

Les associations de chômeurs ont voulu apporter, aux niveaux départemental comme national, la réalité des chômeurs : radiations, courriers, contrôles, accueil, indus, informatisation… Tous ces sujets que les chômeurs amènent chaque jour dans nos associations, tous les drames personnels qu’ils recouvrent, nous, associations de chômeurs, les avons fait entrer, parfois de force, dans ce lieu de débat. Nous avons aussi donné officiellement notre avis et nos propositions sur les grandes orientations de Pôle emploi (plan stratégique) et avons tenté de les améliorer autant qu’il était possible.

Et cette représentation, limitée et encadrée certes, mais légitimée et reconnue, a porté des fruits réels, pour les chômeurs comme pour le service public de l’emploi. Nous avons pu, par notre présence active au sein des CDL et du CNL, et dans les groupes de travail qui y sont liés, favoriser des avancées pour le quotidien des chômeurs, et empêcher des atteintes graves à leurs droits :

  • Réécriture des principaux courriers que Pôle Emploi envoie aux chômeurs, pour les rendre lisibles et respectueux
  • Obtention de la non-rétroactivité des radiations
  • Bataille sur les motifs de radiations qui a abouti à une prise de conscience de la Direction et un allègement de la pratique par les directeurs d’agences
  • Obtention de la possibilité d’absence à deux rendez-vous sans motif.

Mais ces gains, modestes, de droits pour les chômeurs ne sont pas les seuls bénéfices de la représentation. Ainsi Pôle emploi a tiré profit de cet échange avec les représentants des chômeurs, permettant d’autres gains pour l’activité du service public de l’emploi et pour ses personnels au quotidien. Dans les plans stratégiques, les associations de chômeurs ont pu soutenir l’accompagnement renforcé pour les plus fragiles, ou encore rappelé l’importance du premier entretien pour définir un projet professionnel plutôt que régler des problèmes de papiers, pour raccourcir le délai entre inscription et premier rendez-vous. Toutes ces initiatives améliorent aussi le fonctionnement de Pôle emploi.

Des espaces de dialogues fragiles et limités

Cependant, les chômeurs et les précaires ne sont pas qu’à Pôle emploi. Et même au sein de Pôle emploi, nous n’occupons qu’un strapontin bien fragile. Nous avons progressé mais nous ne sommes pas satisfaits. Combien de lieux cruciaux où les chômeurs sont absents ? Combien de décisions prises sans même qu’ils soient interrogés ? Dans quelle impuissance abandonne-t-on les précaires, comme aucune autre catégorie de Français ? En effet, les allocataires du RSA n’ont pas d’expression collective dans les CAF, il en est de même pour les jeunes dans les missions locales, et pour tous les précaires au sein des Conseils Économiques, Sociaux et Environnementaux régionaux et national, pourtant censés représenter l’ensemble la société. Serions-nous extérieurs à la société ?

Outre la relativité de gains par ailleurs bien réels et le chemin colossal encore à parcourir, certains noteront peut-être une autre limite. Nous avons peu parlé d’avancées à l’échelle locale. Nous sommes dans un pays jacobin, et la représentation des chômeurs n’échappent pas à cette règle. Si le terrain local est lieu d’activation de la représentation et de ses gains, il ne l’est pour l’essentiel que conséquemment aux avancées obtenues d’abord nationalement. Cette situation est regrettable et, par certains aspects, dommageable, tant nous aurions tous à gagner à des marges de manœuvre locales, dont les succès pourraient être développés et étendus à l’échelle du pays tout entier.

En ce sens, les Equipes pluri-disciplinaires dans les conseils départementaux sont un exemple éclairant : la loi de mise en place du RSA en 2008 prévoyait la participation des usagers à ces rencontres trimestrielles avec les services insertion de la collectivité. Seul un département a jugé bon de s’adresser à des associations de chômeurs afin d’entendre une parole construite et collective. Les autres se sont contentés de faire appel à des personnes isolées qui ne pouvaient témoigner que de leur situation personnelle.

Car la représentation d’un groupe, pour être constructive et proposer des perspectives durables, ne peut passer que par le collectif, il ne peut en aucun cas s’agir du simple agglomérat de demandes individuelles.

Cela posé, la représentation que nous revendiquons pour les chômeurs et précaires n’est pas une fin en soi. Elle est d’abord insuffisante, même à Pôle emploi, où elle ne permet pas toujours de s’opposer aux dérives et aux atteintes contre les droits des chômeurs et contre un service public de qualité. Quand la représentation n’atteint pas son but, ce n’est pas qu’elle échoue, c’est qu’on l’ignore.

Un pied dehors, un pied dedans !

Ces instances possèdent une limite essentielle : si elles peuvent permettre d’améliorer, un peu, le système, d’éviter, parfois, quelques écueils, elles ne permettront, jamais, de changer le système lui-même. Le MNCP a fait le choix délibéré de tenir simultanément le terrain de la négociation et de la revendication, de la discussion et de la contestation. Tant il est vrai que représenter les chômeurs doit se faire aussi bien autour d’une table que dans la rue. Ce choix, que d’aucuns jugeraient schizophrénique, seuls la force et le recul du collectif permettent de le tenir.

Dedans, nous avons obtenu des droits et nous avons évités qu’on nous en ôte ; dehors, nous avons empêchés que l’on nous oublie et nous avons obtenu que l’on existe. Tout cela n’est pas rien, tout cela est utile à la société, tout cela, c’est le droit des chômeurs et des précaires.

C’est pourquoi les associations de chômeurs et précaires se battent pour être reconnues comme des partenaires obligés et légitimes sur tous les sujets qui concernent celles et ceux qu’elles représentent.

Crédits image à la Une : Partage , Mémoire et Prospectives

http://www.memoirepartage.fr/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=60&Itemid=188

 

Du livre collectif « Chômage, précarité : halte aux idées reçues ! » à l’organisation de débats citoyens…

Crédits image à la Une : Les Éditions de l’Atelier

Dans une période où l’organisation du mouvement social est difficile, où allait se vivre le moment électoral actuel mais aussi pour les temps à venir, le MNCP a pris cette initiative, début 2016, de réunir dans une même démarche, un même projet, 25 organisations syndicales et associatives qui œuvrent concrètement et quotidiennement avec leurs différences et leurs complémentarités, contre le chômage et les précarités, pour les droits des chômeurs et précaires, pour l’emploi et un nouveau type de développement. Chacune a pris la plume pour écrire un chapitre du livre en répondant à l’une des idées reçues, en rapport avec son domaine d’intervention, et démontrer ainsi comment agir pour la contrecarrer.

Alors que notre société s’est avérée incapable depuis 40 ans de trouver des solutions au chômage de masse, le dénominateur commun qui a permis de réunir toutes ces organisations dans cette initiative est leur volonté de le combattre concrètement afin que les personnes sans emploi et en précarité aient vraiment leur place en tant que citoyen à part entière. Notre regroupement veut porter aussi la nécessité de continuer à chercher et mettre en œuvre des solutions innovantes pour assurer à chacun et chacune sa place avec un revenu suffisant pour vivre. En plus de démarches de terrain, nous savons aussi que des politiques nationales et européennes plus ambitieuses sont indispensables et que celles-ci ne verront le jour que si nous sommes nombreux à exiger ces changements majeurs. Ce livre, avec ce que nous mettons en œuvre actuellement pour développer le débat collectif, concourront, nous l’espérons, avec d’autres initiatives, à favoriser cette mobilisation citoyenne.

Pourquoi ce livre est-il un événement ?

Ce livre fait événement aussi parce qu’il réunit sans doute pour la première fois des acteurs sociaux dont un certain nombre n’ont pas l’habitude d’agir ensemble. Ainsi, avec l’apport des uns et des autres, nous voulons faire reculer la stigmatisation que subissent toujours les chômeurs et les précaires, mais aussi la banalisation du chômage et de la précarité. En effet, nos sociétés ont intégré trop facilement ces chiffres insupportables : 10 millions de personnes qui vivent avec de grosses difficultés, 5,5 millions inscrites à Pôle Emploi, des embauches majoritairement en CDD très courts… Ces chiffres révèlent des maux importants : rejet de l’autre, repli sur soi et sa vie privée avec comme corollaire un faible engagement dans la sphère sociale et sociétale, développement de l’extrême droite, etc. Ce livre veut contribuer à changer le regard, rompre avec une passivité trop évidente.

Ainsi, chaque organisation y contrecarre une idée reçue avec un argumentaire étayé. Exemples des thèmes abordés : « les chômeurs ne cherchent pas de boulot », « ils sont trop indemnisés », « coûtent trop chers à la société », « ne sont pas capables de créer leur entreprise », « les employeurs n’en veulent pas », ou bien, « le chômage c’est la faute des étrangers », « certes le système économique actuel ne règle pas la question du chômage mais il n’y a pas d’alternatives »… Le livre, par les différentes approches qu’il propose, constitue un « faire ensemble » car les interventions sont complémentaires et représentent, réunies, une contribution dans la lutte contre le chômage. Comme nous l’évoquions déjà, il est rare que des mouvements associatifs importants et de grandes organisations syndicales réalisent ensemble cette démarche. Pour donner plus de force à cette initiative, un texte commun est présenté à la fin de l’ouvrage mettant en évidence ce qui unit les 25 organisations impliquées.

Dénoncer des idées reçues mais aussi agir et bâtir des projets nouveaux

Après avoir déconstruit l’idée reçue, chaque organisation présente des récits d’expériences, des initiatives nouvelles en cours et des propositions (dans les domaines de l’accès et de la défense des droits, mais aussi dans les secteurs de l’économie sociale et solidaire ou du développement à l’échelle des territoires). Notre objectif : montrer ce que les chômeurs et les précaires bâtissent avec d’autres !

Par ailleurs, nous tenions à ce que la dimension européenne et internationale du chômage et de la précarité soit aussi présente. C’est pourquoi nous avons très vite pensé à Ken Loach pour la préface de notre livre. Il venait d’obtenir avec son dernier long métrage « Moi, Daniel Blake » la palme d’or à Cannes (mai 2016). Son film raconte avec beaucoup de force et de sensibilité les obstacles considérables et inacceptables que doivent affronter, en Grande Bretagne, un homme, une femme et ses enfants, en précarité. Ce film était, pour nous, une formidable introduction à notre démarche et un rappel des difficultés que beaucoup d’hommes, de femmes et d’enfants, dans tous les pays d’Europe et sur la planète, doivent affronter. Ken Loach a donc accepté avec enthousiasme de réaliser la préface du livre. Il a réaffirmé à cette occasion que des solutions beaucoup plus offensives devront être mises en œuvre, et que celles-ci ne seront possibles que si une mobilisation citoyenne beaucoup plus significative s’organise déjà dans les pays européens.

Un livre, suite à sa publication, qui prend tout son sens par les nombreux débats organisés sur le territoire

Notre premier objectif est de très largement diffuser ce livre dans les réseaux militants et surtout au-delà. L’enjeu est donc de contacter et intéresser plus de personnes non encore impliquées… Ainsi, nous organisons depuis le 19 janvier, date de sortie du livre, des débats et réunions publiques sur les territoires, dans les grandes villes pour présenter le livre, débattre et proposer. A ce jour le livre, réalisé avec les librairies des Editions de l’Atelier, a été diffusé à plus de 12000 exemplaires. Une centaine de débats ont été organisés ou sont programmés (y compris Outre-mer) entre la fin janvier et la fin juin. Ceux- ci prennent la forme de débats en librairie, dans des salles de cinéma précédés par la projection du film de Ken Loach ou dans des espaces publics avec des expressions variées et originales.

Ces initiatives locales associent toutes les associations locales MNCP et un certain nombre d’instances locales des organisations impliquées dans le livre avec pour objectif de favoriser une mobilisation plus significative de l’opinion, un renforcement de l’engagement citoyen et ainsi peser plus fortement sur les élus pour que soient mises en œuvre des politiques beaucoup plus ambitieuses afin que reculent massivement le chômage et la précarité sous toutes leurs formes. Un engagement citoyen qui peut déjà se concrétiser par une action dans une de nos organisations associatives ou syndicales. Par exemple, au sein du MNCP, par un engagement dans une de nos associations locales ou dans la création de nouveaux groupes locaux de chômeurs, précaires et citoyens solidaires.

Nous voulons favoriser une démultiplication des actions des 25 organisations, en susciter de nouvelles à l’échelle du territoire mais aussi avec d’autres organisations en France et dans d’autres pays européens. Notre action est essentiellement tournée vers une plus grande mobilisation des citoyens et non pas uniquement vers une influence sur les futurs candidats de l’élection en cours ou celles à venir. Le « changer la politique » ne prendra sens que si de différentes manières, un nombre croissant de citoyens, s’impliquent et ne rétrocèdent pas leur part de responsabilité aux élus mais, par leur engagement, pèsent sur les choix à venir. En cela notre démarche est politique mais elle dépasse complètement les échéances électorales à venir. C’est un travail de longue haleine.

Avril 2017, Jean-François Yon , coordinateur de la réalisation du livre

Les 25 organisations associées : MNCP (et les Amis du MNCP-PARTAGE), APEIS, JOC, AC, CIP, DAL, ATTAC, SOIDAIRES, CGT, SNU-FSU, CGC, FNARS, EMMAUS, COORACE, CREPI, ADIE, ATD, APF, SECOURS CATHOLIQUE, FRANCE TERRE d’ASILE, CNIDFF, COLLECTIF ROOSEVELT, PACTE CIVIQUE, LES COLIBRIS

Note : Afin d’amplifier la démarche, de courtes vidéos, sur des idées reçues présentées dans le livre, sont réalisées actuellement et diffusées sur les réseaux sociaux. Elles connaissent un réel succès (plus de 150.000 vues chacune pour les 3 premières et déjà 200.000 vues pour la quatrième). Pour avoir des informations sur les événements organisés sur le livre, sur les vidéos : chômage, précarité.

Chômeurs en mouvement, histoire d’une mobilisation

Tous droits réservés Association Archives Partage et CCSC

Le début des années 80 a vu émerger, du côté de la société civile, des initiatives répondant aux nouvelles pauvretés, telles celle de la Banque Alimentaire en 1984, des restos du cœur en 1985 qui  tentaient, toutes deux, de soulager la détresse de la faim d’hommes, de femmes et d’enfants dans notre pays, pourtant développé. En même temps, des jeunes en banlieue lyonnaise organisaient la Marche pour l’égalité et contre le racisme.

En 1983 l’ONG « CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) Terres Solidaires » créait la SIDI (Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement) afin de soutenir des projets économiques pour un autre développement.

L’appel de Maurice Pagat

Cette même année, Maurice Pagat (1928-2009), parmi d’autres, pointait du doigt la cause de cette fracture sociale en France et en Europe : le chômage. Il profitait de son passage dans l’émission « Droit de réponse » de Michel Polac pour appeler les chômeurs à s’organiser collectivement.

Les questions en débat

En revisitant 30 ans de l’histoire de la mobilisation des chômeurs, nous sommes quelques-uns, témoins et ou acteurs de cette époque, à repérer combien, dans ces année-là, le rôle mobilisateur du syndicat des chômeurs, du mouvement Partage et du Mouvement National Chômeurs et Précaires (MNCP) a contribué à ouvrir un débat de grande importance tant auprès des associations de chômeurs – qu’il a contribué à créer – qu’auprès des intellectuels et de la classe politique.

6 Etats Généraux du chômage et de l’emploi se sont tenus entre 1988 et 2002 ;  8 universités d’été ont été organisés de 1993 à 2000 à Paris et à Thiviers en Dordogne.

Sans oublier : les Assises « Nouvelles solidarités » organisé par Bernard Kouchner à la Sorbonne, « Gestion du temps et chômage », « la représentation des chômeurs condition de citoyenneté », le débat avec des syndicalistes et élus toulousains sur la proposition du chèque associatif et l’intervention aux Semaines Sociales présidées par Jean Boissonat en novembre 2000 qui a su nous dire : « Puisque le chômage est de nos jours structurel, changeons les structures » etc …

Le soutien du Comité Chrétien de Solidarité avec les Chômeurs

Cependant, seuls les chiffres du chômage semblent présenter un intérêt. Beaucoup a été fait pour neutraliser ce syndicat des chômeurs avant qu’il ne se développe trop. Parmi les rares mouvements militants à s’emparer de cette question, des chrétiens catholiques et protestants – se référant à leur tradition spirituelle, se réunirent en 1983 en un Comité Chrétien de Solidarité avec les Chômeurs pour les soutenir. Le CCSC a saisi très tôt l’importance et la nouveauté qu’il y avait à contribuer à  l’auto organisation des chômeurs. Il a su  apporter son concours tant sur le plan financier que sur le plan de la réflexion économique, sociale, politique et religieuse. Ce faisant le CCSC inaugurait un positionnement assez nouveau au sein même des Eglises de France, bien au-delà de la seule réponse d’aide portée par les grands organismes caritatifs. Il a situé d’emblée  son action comme un combat pour la justice et a soutenu les revendications portées par les chômeurs et leurs associations. Tout comme le CCFD avait su  initier l’organisation des exclus par eux-mêmes dans le tiers monde, le CCSC a refusé une attitude de seule assistance et a préféré participer, chercher et lutter avec les chômeurs contre ce qui crée la pauvreté. Il s’agissait de faire passer les chômeurs de statut « d’objets » des politiques sociales à celui de partenaires et « sujets » dans les processus des décisions qui les concernent.

La création des maisons des chômeurs

De nouveaux groupes sociaux se sont constitués durant ces trente années écoulées en référence à des valeurs motrices internes, le plus souvent communes avec cette histoire. C’est la raison pour laquelle le travail de mémoire effectué par l’association « Archives Partage CCSC » n’est pas seulement une sauvegarde du passé, mais aussi un outil au service des nouveaux acteurs.

Les hommes et les femmes au chômage sont des citoyens à part entière. Entrer en relation avec eux et prendre en considération ce qu’ils ont à dire et à proposer c’est ce minimum humain que les maisons de chômeurs ont su faire et continuent à faire encore depuis trente ans.

Des questions encore ouvertes

Aujourd’hui des questions restent ouvertes : Quelles nouvelles approches du temps libéré et de la formation permanente ?  Comment dépasser la seule défense des droits des chômeurs ? Comment se saisir les valeurs collectives des différentes traditions spirituelles sans heurter la laïcité ? Autant d’éclairages qui devraient pouvoir encourager la participation de ceux et celles qui n’ont plus de place dans une organisation sociale, de ceux qui freinent et parfois s’opposent à toute mutation. Les maisons des chômeurs montrent que le vécu collectif dans une situation d’exclusion peut-être source de projets novateurs. Il s’agit d’échapper à la funeste, mais combien juste, prévision d’Hannah Arendt : « L’époque moderne s’accompagne de la glorification théorique du travail et elle arrive en fait à transformer la société tout entière en une société de travailleurs. […] C’est une société de travailleurs que l’on va délivrer des chaînes du travail, et cette société ne sait plus rien des activités plus hautes et plus enrichissantes pour lesquelles il vaudrait la peine de gagner cette liberté. Ce que nous avons devant nous, c’est la perspective d’une société de travailleurs sans travail, c’est-à-dire privés de la seule activité qui leur reste. On ne peut rien imaginer de pire ». (La condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy 1961 et 1983).

Actualisation

Pour faire face à cette situation, nous sommes condamnés à inventer au-delà des routines administratives et des paresses conceptuelles. Comme l’écrit Jacques Prades (L’utopie réaliste, L’Harmattan –  http://blogs.univ-tlse2.fr/cerises/), « Il faut que se rencontrent d’une part des concepts créées par des intellectuels (…) et d’autre part que les acteurs des pratiques sociales concernées se reconnaissent dans l’expression du mouvement qui résulte de l’interaction de leurs actions. C’est cette rencontre qui ne se fait pas. ».

La revendication d’une représentation autonome des chômeurs indépendamment des syndicats ne semble plus une question d’actualité. Pourtant la question de la représentation reste posée à l’heure ou des citoyens s’organisent en dehors des syndicats et ou les réseaux sociaux jouent un rôle de plus en plus incontournables.

Le partage du travail par la réduction du temps de travail ne peut plus se parler dans les mêmes termes que dans les années 80. La révolution numérique, la robotisation et la mondialisation de l’économie laissent prévoir des licenciements de plus en plus importants ramenant le salariat à un autre horizon que celui du retour au plein emploi.

Le RMI a ouvert une voie nouvelle de revenu. Son évolution est insatisfaisante. Y avoir recours est stigmatisant. Envisager le revenu d’existence ou universel revient d’actualité. L’envisager pour ceux et celles qui n’ont pas d’emploi ou pour tous telle est la question la plus importante.

La quête de sens

Les nouvelles générations sont en train d’inventer une autre façon de travailler. Déjà la reconnaissance de l’économie sociale et solidaire a ouvert des portes à de nombreuses initiatives. Le développement local s’installe, l’agriculture raisonnée et bio se développent et de nouveaux acteurs se sont emparés de ce secteur. L’économie du partage gagne du terrain et le travail indépendant progresse. Des groupes de pression luttent dans les réseaux sociaux contre l’agriculture intensive et nocive, des vaccins et des médicaments sont refusés, des médias deviennent plus militants, tout cela bouleverse l’ordre établi par les grands groupes.  Nous empruntons et adaptons des initiatives aux pays moins développés que le nôtre, certaines ONG ouvrent de nouvelles voies. Les précaires en Europe s’organisent, le travail à plein temps toute sa vie dans la même entreprise n’est plus envié comme le modèle dominant. Le rapport à l’emploi salarié change.

Toute une série de questions que nous devrions mettre en débat entre universitaires et acteurs du mouvement des chômeurs et des précaires.

Pour porter ces (nouvelles) questions sociales, une rencontre entre science et militance est possible.