Où va la formation professionnelle continue ?

Le Laboratoire Des Idées a souhaité aborder, en deux séances, lors de son séminaire “Où va le travail ?”, la question des transformations du rapport au travail à travers l’examen critique de la réforme de deux dispositifs centraux des politiques d’emploi et de formation : l’assurance chômage (1ère séance) et la formation professionnelle continue (2ème séance). Nous vous proposons de (re)voir la 2ème séance qui a eu lieu le 30 janvier 2019.

De nombreuses réflexions sur l’évolution du travail au XXIe siècle convergent vers la question de la fin du salariat, sinon celle du travail, et vers le rôle que serait alors amené à jouer ce dernier dans la société. Élément de base de l’organisation de la société à la fin du XIXe siècle, le salariat a été déterminant dans la construction du revenu, les conquêtes sociales, la protection des travailleurs et leurs parcours individuel ou intergénérationnel. Alors qu’il n’est plus, pour des actifs toujours plus nombreux, un élément central du temps de travail, du revenu et des protections associées, sa proximité et ses frontières poreuses avec la situation des demandeurs d’emploi et des précaires et tous les statuts d’aide à la réinsertion déployés par la puissance publique interrogent l’instauration de nouvelles bases d’un contrat social entre les actifs, occupés ou non, et la puissance publique, qui reste le garant de la solidarité nationale. Où va le travail ?

Souhaitant nouer le dialogue entre le monde scientifique et les mondes sociaux, cette question de la transformation du rapport au travail sera développée dans le cadre d’une démarche collaborative associant :
Daniel GUY, maître de conférences en sciences de l’éducation et de la formation à l’université Jean Jaurès ;
Marie-Odile PAULET, présidente du site d’informations et d’analyses sociales Les Clés du Social, ancienne professeure d’histoire et de géographie, secrétaire générale de la CFDT Cadres et responsable du service compétences et validations du CNAM.

Les grands principes fixés par le Ministère du Travail

La formation professionnelle accessible à chaque actif : elle doit être accessible de façon autonome, simple et opérationnelle, pour rendre concrète la liberté d’évoluer professionnellement. Il s’agit aussi de promouvoir la qualité de la formation, la transparence du marché de la formation et l’accompagnement des personnes qui ont besoin d’être aidées dans la construction de leur parcours professionnel.

La protection des plus vulnérables contre le manque ou l’obsolescence rapide des compétences : elle requiert un investissement sans précédent dans la formation des demandeurs d’emploi, des jeunes sans qualification et des salariés, en particulier dans les TPE et PME.

L’investissement massif dans les compétences des salariés : il relève d’abord de la responsabilité des entreprises à qui il revient d’anticiper les changements, d’identifier dans chaque filière professionnelle les besoins en compétences, de faire évoluer les organisations et d’innover pour être compétitives.

Le point de vue des partenaires sociaux

Les partenaires sociaux ont négocié et signé un accord en début d’année (22 février) dans l’objectif de développer les compétences pour l’emploi et la compétitivité, qui augmente les droits personnels à la formation des salariés (CPF), y compris pour la reconversion, maintenu en heures, de même que le renforcement de l’accompagnement et le conseil aux salariés (CEP : conseil en évolution professionnel), ainsi qu’une responsabilité des branches pour l’apprentissage afin de définir les besoins professionnels en qualifications et impulser un développement.

Leurs conclusions n’ont pas été toutes reprises dans la loi. Le CEP est bien intégré et gratuit, le CPF avec un droit à la reconversion est confirmé et l’apprentissage sera sous la responsabilité des branches professionnelles. Mais ils regrettent la réduction de leur rôle dans le nouveau dispositif (paritarisme), et sont surtout inquiets devant l’alimentation du CPF en euros et non plus en heures, qui peut réduire les droits à la formation vu le prix des formations, et l’entière numérisation de l’accès au CPF qui risque de laisser de côté les salariés les moins informés et les plus éloignés de la formation professionnelle et ainsi de ne pas remplir l’objectif de développer massivement les compétences au profit de tous.

Le point de vue des mouvements des chômeurs et précaires

La formation professionnelle pour les demandeurs d’emploi est un casse-tête : complexité d’accès, multiplication des sources de financements, opacité sur les critères d’acceptation d’une demande, phénomène de « stop and go » dans le financement par Pôle Emploi suite aux Plans 500 000 formations, dématérialisation des démarches, exclusion de certaines formations courtes mais pourtant indispensables (permis, CACES…). Tout cela concourt à exclure des formations les personnes qui en auraient le plus besoin.

Par ailleurs, les chômeurs ont le sentiment que la formation est mise au service des entreprises des secteurs en tension, mais qu’ils ne peuvent pas faire valoir leurs propres projets d’évolution.

La réforme en cours et le discours politique qui l’accompagne ne semble pas répondre réellement à ces inquiétudes.

Depuis de nombreuses années des conditions de vie très défavorables conduisent ceux et celles qui les vivent à trouver eux-mêmes leurs moyens de survie. Un nouveau monde s’installe petit à petit dans le paysage mondial mis en relation par les réseaux sociaux. Des expériences de vie partageuses et collaboratives s’installent. Ces nouveaux acteurs sont souvent chômeurs, retraités et disposent de temps. Le système qui réclame toujours plus de croissance – sans y parvenir – n’est plus le monde dans lequel ils souhaitent vivre et se révèle dans l’impasse. Ils ont su mettre à profit leur temps libéré. Quand nous parlions de révolution technologique dans les années 80 nous ne mesurions pas avec quelle rapidité elle allait mettre à mal notre modèle de société. « Parler de fin du travail peut faire sourire mais depuis le début de l’industrialisation les hommes craignent de se faire voler leur emploi par des machines. Hannah Arendt en 1958, André Gorz en 1988 et Jérémy Rifkin en 1995, ont théorisés ces questions. » « Loin des regards, l’automatisation des tâches intellectuelles s’est enclenchée. » (Blandin, 2017) Où nous conduit l’intelligence artificielle ? Va-t-elle bouleverser notre société ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.