Au-delà du voile, la vision du monde arabo-islamique

Le 22 mars 2017, nous avons accueilli, dans le cadre du Laboratoire Des Idées – Structurations des Mondes Sociaux, Jean-Jacques Rouchi, prêtre du diocèse de Toulouse, chargé d’enseignement à la Faculté de Théologie et à l’Institut de Sciences et de Théologie des Religions de l’Institut Catholique de Toulouse, notamment en théologie dogmatique et fondamentale. Il a accepté de participer à notre séance en réagissant aux témoignages recueillis au cours de nos premières réunions.

Télécharger l’intégralité du contenu de la séance

 

Extrait : […] Je voudrais vous communiquer ce que disent les textes du Coran à propos du voile islamique, ce que veulent dire les mots qui sont employés et leurs interprétations. Les textes sont relativement peu nombreux, il y a la sourate 33, versets 53, 55 et surtout 59. Il y a la sourate 24, versets 31 et 60 (c’est un peu moins important puisque ça concerne les dames après la ménopause, qui n’ont pas les mêmes obligations que celles qui sont avant). Je vais vous lire ce que dit vraiment le texte.

Sourate 24, verset 31 : (C’est Dieu qui est censé donner à Muhammad ces consignes) Dis aux croyantes de baisser leurs regards, d’être chastes. Alors, on n’a pas dans le texte arabe « être chaste », on a « de préserver leur fente ». Le problème c’est qu’il y a une grande polysémie des mots arabes, donc ça peut désigner effectivement le sexe féminin mais on a aussi une recommandation de chasteté pour les hommes, dans le verset immédiatement précédent, où on a le même mot pour dire être chaste, donc que l’on peut traduire, si l’on veut être au plus près du texte, par « de préserver leur sexe ». Le mot préserver est aussi celui qu’on emploie en Orient pour désigner la préfecture. Donc c’est une idée de préserver, de sécuriser quelque part, de ne montrer que l’extérieur de leurs atours. Je vous lis la totalité et après on essaiera de décortiquer pour voir ce que ça veut dire vraiment en arabe. De ne montrer que l’extérieur de leurs atours, de rabattre leur voile sur leur poitrine (il ne s’agit donc pas des visages, ni même de la tête), de ne montrer leurs atours qu’à leur époux (alors qu’il y a toute une série de personnages masculins qui ont le droit de voir ces fameux atours), à leur père, ou au père de leur époux, ou aux fils, ou aux fils de leur époux, frères, fils de leurs frères, ou fils de leurs sœurs, ou à leurs servantes, ou à leurs esclaves, ou à leurs serviteurs mâles incapables d’acte sexuel (les eunuques), ou aux garçons impubères. Donc nous sommes dans une perspective de rapport entre les sexes qui n’est pas du tout celle de notre société. On va commenter les mots.

De ne montrer que l’extérieur de leurs atours : zina c’est une racine qui vient du mot éclat, donc « montrer leurs atours » c’est aussi en arabe moderne un mot pour désigner le maquillage, donc j’ai la conviction que ce mot ne désigne pas une partie précise du corps féminin mais désigne, finalement, ce que nous appellerions la séduction féminine. Il faut aussi tenir compte du contexte culturel d’origine, essayer d’entrer dans la sensibilité du prophète de l’islam, qui aimait beaucoup les femmes, à tout point de vue, et en particulier qui a été, à son époque, cela est assez paradoxal, très féministe puisque son message a amené une promotion conséquente de la condition féminine (à son époque, on ne peut plus enterrer vivantes les petites filles ! De plus, alors que la femme n’avait aucun droit, on lui en reconnaîtra, proportionnés à ses devoirs. Il y a une disproportion entre le droit des hommes et le droit des femmes qui vient du fait qu’ils n’ont pas les mêmes devoirs). Donc, au VIIème siècle de notre ère, à la Mecque, c’était un grand progrès. Et c’est dans ce contexte-là, évidemment, qu’il faut apprécier ce genre de texte. Donc que faut-il couvrir et pourquoi ? En arabe, c’est très clair, c’est les seins. Pourquoi faut-il que les seins ne soient pas visibles ? Parce que les prostituées avaient les seins nus, donc il ne convient pas qu’une croyante ait les seins nus, elle ne doit pas être prostituée. Et un peu plus profondément, il y a le pèlerinage païen. Vous le savez, le pèlerinage à la Mecque a été repris par le prophète de l’islam à partir d’un sanctuaire païen qui existait déjà, qui était plutôt un enclos, avec des idoles et des gens qui tournaient autour sans vêtements, et il est assez vraisemblable que le fait d’avoir les seins nus équivalait à l’adhésion à l’idolâtrie pré-islamique, c’est pourquoi il faut se couvrir les seins, mais pas dans la perspective occidentale de pudeur, on est dans un autre univers mental.

De rabattre leur voile : le mot rabattre c’est le geste de la main, pour couvrir c’est-à-dire ne pas laisser voir, l’échancrure du corsage, donc rabattre leur voile. Le mot voile des traductions françaises rend en fait une pluralité de mots arabes différents. Là il s’agit du jilbab, qui désigne plutôt un manteau, un vêtement extérieur et qui estompe les formes. Donc il faut rabattre le pan de cet habit couvrant sur leur poitrine. Voilà ce que dit le texte.

Maintenant, on va parler des dames qui ont cessé de pouvoir engendrer. C’est au verset 60, je cite : il n’y a pas de faute à reprocher aux femmes qui ne peuvent plus enfanter et qui ne peuvent plus se marier de déposer leur voile. Là, on n’a plus le mot jilbab mais le mot thiyab qui désigne les vêtements que l’on met pour sortir, donc on peut être en tenue simple, on peut déposer le voile, à condition de ne pas se montrer dans tous ses atours. On retrouve donc ce fameux mot atours, zina, qui désigne le fait de ne pas provoquer trop les hommes par une séduction, par une attitude générale par trop provocatrice. […]

Télécharger l’intégralité du contenu de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.