Chômeurs en mouvement, histoire d’une mobilisation

Tous droits réservés Association Archives Partage et CCSC

Le début des années 80 a vu émerger, du côté de la société civile, des initiatives répondant aux nouvelles pauvretés, telles celle de la Banque Alimentaire en 1984, des restos du cœur en 1985 qui  tentaient, toutes deux, de soulager la détresse de la faim d’hommes, de femmes et d’enfants dans notre pays, pourtant développé. En même temps, des jeunes en banlieue lyonnaise organisaient la Marche pour l’égalité et contre le racisme.

En 1983 l’ONG « CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) Terres Solidaires » créait la SIDI (Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement) afin de soutenir des projets économiques pour un autre développement.

L’appel de Maurice Pagat

Cette même année, Maurice Pagat (1928-2009), parmi d’autres, pointait du doigt la cause de cette fracture sociale en France et en Europe : le chômage. Il profitait de son passage dans l’émission « Droit de réponse » de Michel Polac pour appeler les chômeurs à s’organiser collectivement.

Les questions en débat

En revisitant 30 ans de l’histoire de la mobilisation des chômeurs, nous sommes quelques-uns, témoins et ou acteurs de cette époque, à repérer combien, dans ces année-là, le rôle mobilisateur du syndicat des chômeurs, du mouvement Partage et du Mouvement National Chômeurs et Précaires (MNCP) a contribué à ouvrir un débat de grande importance tant auprès des associations de chômeurs – qu’il a contribué à créer – qu’auprès des intellectuels et de la classe politique.

6 Etats Généraux du chômage et de l’emploi se sont tenus entre 1988 et 2002 ;  8 universités d’été ont été organisés de 1993 à 2000 à Paris et à Thiviers en Dordogne.

Sans oublier : les Assises « Nouvelles solidarités » organisé par Bernard Kouchner à la Sorbonne, « Gestion du temps et chômage », « la représentation des chômeurs condition de citoyenneté », le débat avec des syndicalistes et élus toulousains sur la proposition du chèque associatif et l’intervention aux Semaines Sociales présidées par Jean Boissonat en novembre 2000 qui a su nous dire : « Puisque le chômage est de nos jours structurel, changeons les structures » etc …

Le soutien du Comité Chrétien de Solidarité avec les Chômeurs

Cependant, seuls les chiffres du chômage semblent présenter un intérêt. Beaucoup a été fait pour neutraliser ce syndicat des chômeurs avant qu’il ne se développe trop. Parmi les rares mouvements militants à s’emparer de cette question, des chrétiens catholiques et protestants – se référant à leur tradition spirituelle, se réunirent en 1983 en un Comité Chrétien de Solidarité avec les Chômeurs pour les soutenir. Le CCSC a saisi très tôt l’importance et la nouveauté qu’il y avait à contribuer à  l’auto organisation des chômeurs. Il a su  apporter son concours tant sur le plan financier que sur le plan de la réflexion économique, sociale, politique et religieuse. Ce faisant le CCSC inaugurait un positionnement assez nouveau au sein même des Eglises de France, bien au-delà de la seule réponse d’aide portée par les grands organismes caritatifs. Il a situé d’emblée  son action comme un combat pour la justice et a soutenu les revendications portées par les chômeurs et leurs associations. Tout comme le CCFD avait su  initier l’organisation des exclus par eux-mêmes dans le tiers monde, le CCSC a refusé une attitude de seule assistance et a préféré participer, chercher et lutter avec les chômeurs contre ce qui crée la pauvreté. Il s’agissait de faire passer les chômeurs de statut « d’objets » des politiques sociales à celui de partenaires et « sujets » dans les processus des décisions qui les concernent.

La création des maisons des chômeurs

De nouveaux groupes sociaux se sont constitués durant ces trente années écoulées en référence à des valeurs motrices internes, le plus souvent communes avec cette histoire. C’est la raison pour laquelle le travail de mémoire effectué par l’association « Archives Partage CCSC » n’est pas seulement une sauvegarde du passé, mais aussi un outil au service des nouveaux acteurs.

Les hommes et les femmes au chômage sont des citoyens à part entière. Entrer en relation avec eux et prendre en considération ce qu’ils ont à dire et à proposer c’est ce minimum humain que les maisons de chômeurs ont su faire et continuent à faire encore depuis trente ans.

Des questions encore ouvertes

Aujourd’hui des questions restent ouvertes : Quelles nouvelles approches du temps libéré et de la formation permanente ?  Comment dépasser la seule défense des droits des chômeurs ? Comment se saisir les valeurs collectives des différentes traditions spirituelles sans heurter la laïcité ? Autant d’éclairages qui devraient pouvoir encourager la participation de ceux et celles qui n’ont plus de place dans une organisation sociale, de ceux qui freinent et parfois s’opposent à toute mutation. Les maisons des chômeurs montrent que le vécu collectif dans une situation d’exclusion peut-être source de projets novateurs. Il s’agit d’échapper à la funeste, mais combien juste, prévision d’Hannah Arendt : « L’époque moderne s’accompagne de la glorification théorique du travail et elle arrive en fait à transformer la société tout entière en une société de travailleurs. […] C’est une société de travailleurs que l’on va délivrer des chaînes du travail, et cette société ne sait plus rien des activités plus hautes et plus enrichissantes pour lesquelles il vaudrait la peine de gagner cette liberté. Ce que nous avons devant nous, c’est la perspective d’une société de travailleurs sans travail, c’est-à-dire privés de la seule activité qui leur reste. On ne peut rien imaginer de pire ». (La condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy 1961 et 1983).

Actualisation

Pour faire face à cette situation, nous sommes condamnés à inventer au-delà des routines administratives et des paresses conceptuelles. Comme l’écrit Jacques Prades (L’utopie réaliste, L’Harmattan –  http://blogs.univ-tlse2.fr/cerises/), « Il faut que se rencontrent d’une part des concepts créées par des intellectuels (…) et d’autre part que les acteurs des pratiques sociales concernées se reconnaissent dans l’expression du mouvement qui résulte de l’interaction de leurs actions. C’est cette rencontre qui ne se fait pas. ».

La revendication d’une représentation autonome des chômeurs indépendamment des syndicats ne semble plus une question d’actualité. Pourtant la question de la représentation reste posée à l’heure ou des citoyens s’organisent en dehors des syndicats et ou les réseaux sociaux jouent un rôle de plus en plus incontournables.

Le partage du travail par la réduction du temps de travail ne peut plus se parler dans les mêmes termes que dans les années 80. La révolution numérique, la robotisation et la mondialisation de l’économie laissent prévoir des licenciements de plus en plus importants ramenant le salariat à un autre horizon que celui du retour au plein emploi.

Le RMI a ouvert une voie nouvelle de revenu. Son évolution est insatisfaisante. Y avoir recours est stigmatisant. Envisager le revenu d’existence ou universel revient d’actualité. L’envisager pour ceux et celles qui n’ont pas d’emploi ou pour tous telle est la question la plus importante.

La quête de sens

Les nouvelles générations sont en train d’inventer une autre façon de travailler. Déjà la reconnaissance de l’économie sociale et solidaire a ouvert des portes à de nombreuses initiatives. Le développement local s’installe, l’agriculture raisonnée et bio se développent et de nouveaux acteurs se sont emparés de ce secteur. L’économie du partage gagne du terrain et le travail indépendant progresse. Des groupes de pression luttent dans les réseaux sociaux contre l’agriculture intensive et nocive, des vaccins et des médicaments sont refusés, des médias deviennent plus militants, tout cela bouleverse l’ordre établi par les grands groupes.  Nous empruntons et adaptons des initiatives aux pays moins développés que le nôtre, certaines ONG ouvrent de nouvelles voies. Les précaires en Europe s’organisent, le travail à plein temps toute sa vie dans la même entreprise n’est plus envié comme le modèle dominant. Le rapport à l’emploi salarié change.

Toute une série de questions que nous devrions mettre en débat entre universitaires et acteurs du mouvement des chômeurs et des précaires.

Pour porter ces (nouvelles) questions sociales, une rencontre entre science et militance est possible.


Auteur : Jean-Pierre Barokas, Annie Dreuille et Daniel Guy

Jean-Pierre Barokas, Psychologue clinicien, a été l’un des consultants santé de la maison des chômeurs Partage. Il a assuré la Présidence de l’association, Partage Faourette de 1995 à 2015. Il a contribué au rassemblement des archives du mouvement Partage et du CCSC (Comité Chrétien de Solidarité avec les Chômeurs), ainsi qu’à la création du site www.memoirepartage.fr. Annie Dreuille a fondé la maison des chômeurs Partage en 1986. Elle a assuré la Vice-Présidence du MNCP auprès de Maurice Pagat. Elle a siégé au Conseil National de Lutte contre l’Exclusion (CNLE), elle est une militante de l’Economie Sociale et Solidaire. Elle a réuni quelques archives du mouvement Partage et du CCSC et a contribué à la création du site www.memoirepartage.fr. Daniel Guy est MCF en Sciences de l'Education à l'Université Toulouse Jean Jaurès. Ses travaux de recherche effectués dans l'Unité Mixte de Recherche Éducation, Formation, Travail, Savoirs (UMR EFTS), portent sur la conduite et l'accompagnement du changement en éducation et formation, notamment sur l'étude d'impact des interventions socio-éducatives comme levier de la conduite et l'accompagnement du changement en éducation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.