Les attentats de Janvier 2015 en France, une lecture sociologique

CC Wikimedia Commons Jean Jullien
CC Wikimedia Commons Jean Jullien

Bien que les informations sur les attentats de Janvier 2015 soient encore incomplètes (la police continue à arrêter des supposés complices) et que j’y aie accès seulement par les médias, ce qui en limite singulièrement la qualité, je voudrais en esquisser une interprétation sociologique.

Je précise que je ne suis spécialiste ni des religions, ni des minorités, ni de la radicalisation ou du terrorisme. Je m’appuierai seulement sur mes connaissances et les réflexions que j’ai pu mener en sociologie fondamentale ou plus largement dans le registre des théories en sciences sociales. Bref, c’est seulement un petit essai très bref, dont je ne ferai certainement ni un article ni un livre !

Tensions autour de l’immigration

La plupart des sociologues spécialisés considèrent que la situation qui est faite dans notre pays aux personnes issues de l’immigration maghrébine (effectuée en grande partie dans les années 1960 et 1970), ou africaine (en partie plus récente), au plan de l’habitat, de l’accès à l’emploi, de l’éducation, et, plus récemment, de l’exercice des religions, est une source de tensions et de difficultés. Depuis plus de trente ans surviennent à intervalles irréguliers des émeutes dans des quartiers concentrant ces populations, selon un scénario assez répétitif : tensions avec les forces de l’ordre, événement déclencheur (souvent la mort d’un jeune attribuée aux forces de l’ordre), émeute, répression, retour au calme.

Depuis plus de 20 ans se sont également produits des attentats réalisés par des personnes issues des mêmes populations, « radicalisées » à certaines occasions (souvent un passage en prison) par des idéologues connectés avec des groupes situés dans des pays étrangers (par exemple, le GIA algérien à l’époque de Khaled Kelkal, Al Qaida ou l’« état islamique » pour les attentats plus récents). Enfin, très récemment, des adolescent(e)s ou des très jeunes gens, certains appartenant aux populations issues de l’immigration, d’autres pas du tout, ont été « recrutés » et acheminés vers des zones de conflit impliquant des groupes « islamiques ».

Même si elles ont en commun de concerner de façon plus ou moins centrale les populations issues de l’immigration nord-africaine ou africaine, il me semble qu’il faut distinguer ces trois types de situations par les « ingrédients » qu’elles impliquent. Si les émeutes urbaines peuvent largement s’expliquer par un contexte national et local (toute proportion gardée, un peu comme celles, récentes, de Baltimore aux Etats-Unis), ce n’est pas le cas des deux autres. La « radicalisation » des futurs auteurs d’attentats aussi bien que le « recrutement » de jeunes pour les conflits du Moyen-Orient mettent en jeu des réseaux organisés et le lien avec des conflits internationaux, la situation nationale et locale pouvant seulement expliquer une possible sensibilité de certaines personnes « issues de l’immigration » à ces processus.

Radicalisation, rôle des prisons et amalgame

Dans le cas de la radicalisation, il est clair que les prisons françaises jouent également un rôle important. Dans le cas des recrutements, il s’agit semble-t-il plutôt des médias électroniques, combinés à des recruteurs et des organisations procurant les moyens de l’acheminement vers les zones de conflit. Dans ce dernier cas, il semble que le lien avec les populations issues de l’immigration soit nettement moins systématique. Des processus de recrutement de même type pourraient être mis en œuvre pour d’autres « causes » sur n’importe quel type de population. Entre autres, il semble qu’un rapprochement peut être fait avec les processus de recrutement dans diverses « sectes » très fermées1.

Dans la réflexion sur les attentats de Janvier, il me semble important de les rapporter au deuxième type (« radicalisation ») et d’éviter de faire trop d’amalgame avec le premier type ou le troisième (même si celui-ci en est plus proche). Il faut à mon sens éviter de les voir comme un effet inévitable des discriminations que les populations issues de l’immigration peuvent subir, comme s’il s’agissait d’initiatives spontanées. Insister sur le caractère organisé et radicalisé permet de les différencier de tensions locales ou nationales liées à la situation générale des populations issues de l’immigration. Ces dernières souffrent certainement beaucoup des processus de « radicalisation » et de « recrutement » et beaucoup de leurs membres sont certainement prêts à les combattre.

  •  Note : Ce texte a été rédigé en Mai 2015 dans le cadre des réflexions du Laboratoire D’Idées (LDI) du labex SMS autour du « fait religieux ». Ces réflexions avaient été amorcées en 2014 à la suite de remontées d’expériences de travailleurs sociaux et d’autres participants du LDI qui identifiaient différentes tensions sociales liées d’une façon ou d’une autre aux questions religieuses. Les attentats de janvier 2015 avaient été discutés au sein du groupe de travail et reliés dans certaines analyses à ces situations de tension. Dans le cadre de ces discussions, il m’avait semblé utile de distinguer plusieurs types de phénomènes, ce que fait ce très bref texte (Michel Grossetti, Novembre 2016).

 

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Staff Sgt. Jamal Sutter

  1. Je remercie Jean-Pierre Albert pour avoir attiré mon attention sur ce point. []

Auteur : Michel Grossetti

Directeur de recherches en sociologie au LISST-Cers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *