Quartiers populaires et solidarités alimentaires : retours d’expérience

Photographie de cottonbro studio – Pexels

La crise Covid a renforcé la précarité et la vulnérabilité à tout point de vue. Face à l’urgence de la situation alimentaire, des personnes, des associations, des commerçants, des retraités et des collectifs se sont mobilisés pour « mettre en commun » des ressources humaines et matérielles.

Les solidarités alimentaires sont des solidarités spontanées, directes, coordonnées et organisées. Elles se sont mises en place entre 2020 et 2021. Il existe au niveau local, national et européen un système d’aide alimentaire qui est organisé comme soutien aux plus démunis. En France, la banque alimentaire réceptionne les produits et les distribue ensuite aux associations. Depuis 2016, la loi Garot permet à la grande distribution de faire des dons de produits alimentaires invendus. Elle a un impact très fort dans le système alimentaire.

Thème de la matinée : « Solidarités alimentaires et confinement »

Deux intervenants ont pris la parole sur le sujet « Expérience de la solidarité populaire en réseau: axe Centre-ville/Mirail ». Tout d’abord, Jamal El Arch de l’Association Esma (Échanges et Savoirs – Mémoire Active) évoque la nécessité de donner la parole aux habitants et de les inscrire, à travers leurs récits, dans l’histoire sociale et politique. L’association s’est appuyée sur les ressources humaines, avec des « référents » dans les quartiers du Mirail, et un groupe a été créé. Une organisation s’est mise en place en vue de la redistribution de denrées et de repas chauds. Les solidarités alimentaires « directes », populaires, sont centrales dans cette organisation.  Les effets de la crise diffèrent selon les appartenances sociales, ainsi les questions alimentaires et celles de l’eau doivent devenir des affaires citoyennes et démocratiques. Jamal El Arch termine son intervention en appuyant sur la nécessité de développer des outils méthodologiques pour arriver à avoir des actions pérennes.

Kamal Khitmane, gérant du bar « Le Winger », rue Bayard (au centre-ville de Toulouse) explique ensuite que dans les quartiers de gare, où se concentre souvent la pauvreté, les gens n’ont pas attendu le confinement pour avoir des difficultés à se nourrir tous les jours. Ce gérant a été confronté directement aux gens de la rue (dealers, prostituées, sans abris…) et a essayé de rentrer en contact avec eux mais ce contact a souvent été difficile à établir car il remarque que de nombreuses personnes ne viennent pas, par fierté. Ils n’ont pas envie qu’on leur tende la main. Une logistique de distribution a été mise en place dans le bar – qui était fermé en raison du confinement-. Les denrées, dès lors à disposition, ont permis d’attirer plus de gens.

Crédits : Abdoucondorcet – CC BY-SA 4.0

Naima Bendidi (Doctorante en Langue, Littérature et Civilisation Arabes, UT2J) présente ensuite l’« Organisation des solidarités à la Cité Universitaire du Mirail durant le confinement ». Elle nous explique la situation des étudiants confinés dans la cité du Mirail dont elle faisait partie en 2020. Elle habitait dans une résidence derrière la présidence du campus. La première semaine, le confinement a été vu comme une pause, pour se ressourcer. Mais à partir de la deuxième semaine, tout le monde a eu le sentiment que la pause n’allait pas être de courte durée et il a donc fallu prendre les choses en main. Les étudiants pouvaient tout de même sortir et se promener mais nombre d’entre eux ont perdu leur travail. Très rapidement, beaucoup de gens ont commencé à chercher de l’aide pour s’en sortir. Naima Bendidi a contacté Jamal El Arch à ce moment-là en demandant de l’aide pour toute la résidence. Une organisation s’est vite mise en place pour distribuer des repas. Elle se rappelle d’une période très difficile pour les étudiants car ils étaient nombreux à être dans le besoin (de repas, de kits hygiène, etc.).

Belkhacem Aissaoui (retraité) prend la parole sur les « solidarités directes dans les quartiers populaires ». Il se présente personnellement, il arrive en France en 1977, d’abord à Paris puis à Toulouse. Il explique qu’un réseau de distribution existe depuis longtemps et insiste sur le fait que beaucoup de gens n’osent pas demander de l’aide parce qu’ils se sentent humiliés, ils ressentent ceci comme un complexe.

Pour clore la matinée, Aman Lamssak et Lina Duprat, de l’Association « Les Invisibles » à Bellefontaine interviennent sur le thème « Initiative d’habitant.es : Témoins de la gestion de l’aide alimentaire sur les quartiers ». Elles présentent leur association qui vise à aider les jeunes du Mirail à s’en sortir, notamment en distribuant des denrées dans les quartiers du Mirail (Bellefontaine, etc.). . .L’association a demandé un agrément – obtenu en décembre 2021 – pour pouvoir acheter des denrées à la banque alimentaire et en récupérer de l’Union européenne. Elle a également acheté ponctuellement des aliments aux commerçant du quartier. Le modèle d’approvisionnement a cependant très rapidement évolué reposant principalement ensuite sur des dons. 1 à 2 tonnes de fruits et légumes étaient récupérés au MIN de Toulouse, par  l’intermédiaire de l’association Les Belle gamelles, ainsi que des dons  récupérés chaque semaine au Géant Casino Basso Combo, et ponctuellement  au Secours populaire  

Pour cette association, une salle a été prêtée à Bellefontaine lui permettant de distribuer les denrées. L’association a ensuite récupéré d’autres locaux, principalement en bas des immeubles. Elle s’est battue pour avoir un équilibre dans les denrées car elle s’est vite aperçue qu’il n’y avait pas, dans le Mirail, » de centres de distribution ni de point d’aide alimentaire. ll n’y a pas non plus de financements pour l’aide alimentaire, les financements concernent essentiellement les animations. Les acteurs de terrain souffrent d’un manque de reconnaissance quant à leurs expériences de terrain qui leur permettent pourtant d’identifier les besoins réels des populations concernées. Les produits proposés par la Banque Alimentaire sont imposés et ne correspondent pas vraiment aux besoins des populations. Pour autant, l’aide alimentaire est considérée comme un moment de convivialité, de rencontre, un moyen pour les gens de bénéficier de ce dont ils ont droit, faire le lien avec le dispositif des assistantes sociales, etc. Il y a donc un travail parallèle d’insertion.

Thème de l’après-midi : « Les solidarités alimentaires et les expérimentations sociales ».

L’association AlimEco est présentée par Nahuel Angelinetti. Cette association, « lieu unique dédié à l’alimentation et VRAC pour les produits frais dans les quartiers BaFaPaTaBor (Bagatelle – Faourette – Papus – Tabar – Bordelongue) » est née d’une mobilisation citoyenne pendant le premier confinement en mars 2020. Une distribution de colis alimentaires se tenait toutes les semaines, en lien avec des structures sociales de quartiers qui envoyaient des familles récupérer des colis. À la fin du confinement, ils ont décidé de poursuivre la distribution alimentaire. . Depuis 2021, elle s’effectue toutes les semaines, le mardi, pour environ 280 personnes. L’objectif est de développer de nouvelles formes d’accès à une alimentation saine et durable dans les différents quartiers. Pour arriver à développer de nouvelles formes de solidarité, depuis 2 ans, le centre social de Bagatelle (ASSQOT) et AlimEco portent conjointement un système de circuit court qui permet d’avoir des tarifs à leur juste valeur et accessibles aux résidents des quartiers populaires.

Gaston Gaymard (maraîcher) intervient ensuite sur la « Mise en place d’une AMAP pour une meilleure rémunération des agriculteurs ». Cette AMAP, montée il y a 2 ans à Auzeville a pour but, à travers un contrat entre un agriculteur et un « groupe de mangeur » (une famille), d’avoir des produits frais toutes les semaines. Le paiement se fait en début de contrat. Pour le producteur c’est un luxe d’être en AMAP car la commercialisation est compliquée, alors qu’en AMAP, il y a la certitude de vendre ses produits. Il y a une véritable solidarité des consommateurs vers les producteurs.

Yamina Aïssa Abdi présente ensuite le projet « Au Cœur de Ma Cantine » de l’Association « Izards Attitude ». Yamina a co-fondé cette association avec deux autres mamans du quartier des Izards. Pour se faire connaître elles ont commencé par faire la cuisine. À partir de 2018, la découverte de l’agriculture urbaine a permis une mise à disposition d’un maraîcher pour faire pousser des légumes en bas des tours. Toujours en 2018, le Conseil régional a organisé une conférence autour de l’alimentation saine. Une ferme a ensuite été mise en place à dix minutes du quartier. La Cantine de quartier a été créée dans l’idée que les femmes du quartier pouvaient proposer des plats pour inviter les partenaires du quartier, pour éviter les préjugés et pour que tout le monde apprenne à se connaître. Ce projet rejoint un projet de Toulouse Métropole, dans l’idée de monter un restaurant en circuit court et bio pour faire travailler les femmes et les jeunes du quartier. L’association « Au cœur de ma cantine » est en lien avec des comités partenariaux pour que les habitants et les partenaires trouvent leur place et qu’elle soit utilisée par les habitants et les professionnels. Elle est aussi un lieu de formation. Pour finir, Yamina ajoute que les locaux ont été achetés par Toulouse Métropole dans l’idée de proposer des ateliers cuisine pour les enfants, les jeunes et les adultes.

Pour clore cette journée d’étude, Sarah Cohen (Ingénieure recherche à l’Inrae), Julie Ryschawy (MCF en agronomie des territoires, Ensat) et Chloé Martin (habitante des Izards et de Ramonville) présentent « CAISSALIM, une caisse citoyenne d’alimentation à Toulouse ». Ce travail sur la caisse alimentaire citoyenne est un projet qui s’inspire de la sécurité sociale de l’alimentation. Il existe 14 organisations nationales et 26 organisations locales. Pour répondre aux enjeux, Sarah Cohen précise qu’il faut sortir des réponses cloisonnées en trouvant une réponse globale aux enjeux sociaux, environnementaux et climatiques du système alimentaire. La mise en œuvre d’un système démocratique dans l’alimentation est fondée sur 3 piliers : universalité, conventionnement démocratique et cotisation sociale. Actuellement, une dizaine d’expérimentation de caisses d’alimentation sont en cours en France. Quatre caisses d’alimentation sont en projet à Toulouse : quartier Izards/Borderouge ; Pont des Demoiselles/Saint-Exupéry ; Ramonville/Castanet ; Pradettes. Dans le but de développer des filières durables sur le territoire de l’aire urbaine toulousaine, quatre impacts sont attendus :

  • Développement et structuration des filières alimentaires durables et locales > création de débouchés économiques ;
  • Lutte contre la précarité alimentaire > accès à une alimentation de qualité et choisie pour tou·tes ;
  • Préservation de l’environnement et lutte contre le changement climatique ;
  • Promotion de métiers de l’agro-alimentaire et formation de futurs professionnels > habitants / étudiants du lycée agricole et de l’ENSAT / salariés en parcours d’insertion.

Pour finir, Sarah Cohen présente les bénéficiaires du projet qui sont :

  • À court terme (2024-2025) :
    • Les habitants : plus d’une centaine de foyers sur Toulouse, Ramonville et Castanet ;
    • Les professionnels : plus de 50 producteurs, entreprises de transformation alimentaire, magasins, restaurants, etc. engagés dans des pratiques durables et une vingtaine de salariés en parcours d’insertion ;
    • Les étudiants : plus de 100 étudiants (lycée agricole et ENSAT).
  • À moyen terme : (à partir de 2025) : fusion des caisses et grossissement progressif du nombre d’adhérents à la Caisse citoyenne d’alimentation ;
  • À long terme : milliers d’adhérents et centaines de professionnels en conventionnement avec la caisse.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Clémentine Souchaud (27 octobre 2023). Quartiers populaires et solidarités alimentaires : retours d’expérience. L'ŒIL DU LINQS. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11z4s


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search