Transmission musicale et reconstruction collective dans des secteurs sensibles de la ville du Cap, en Afrique du Sud.

par Lorraine ROUBERTIE SOLIMAN

Télécharger l’article

Résumé :

La musique joue un rôle primordial dans la reconfiguration identitaire post-traumatique. Pour des populations violemment fragmentées par les guerres ou autre bouleversements socio- politiques la pratique musicale et la transmission de cette pratique sont des facteurs puissants d’identification à un groupe, de renforcement ou de construction d’un sentiment communautaire. Ainsi l’Afrique du Sud non-blanche du siècle dernier a-t-elle trouvé dans le jazz un terrain particulièrement propice à sa reconstruction identitaire : le jazz incarnait un idéal afro-américain en même temps qu’un formidable espace d’inscription dans une contre- modernité non-blanche. Il constituait l’un des rares espaces de mixité culturelle et en tant que tel un défi aux lois de l’apartheid. L’Afrique du Sud s’est approprié et a réinventé le jazz pour en faire un nouveau langage musical local. Un langage musical qui ne cesse d’évoluer, d’être transmis et d’attirer les jeunes générations. Dans cette présentation, il s’agira de montrer à travers deux programmes d’éducation musicale impliqués dans des secteurs hautement sensibles de la ville du Cap, comment la pratique et la transmission musicales révèlent une sud-africanité de mélanges et réinitialisent le continuum culturel entre des populations fragmentées. L’étude de ces programmes respectivement nommés Institute for Music and Indigenous Arts Development et Cape Music Institute fait notamment apparaître l’immense potentiel de la transmission musicale en zone sensible en termes de développement d’une mémoire collective et créative, renforçant le sentiment d’appartenance à un avenir commun.

Crédits image : Lorraine ROUBERTIE SOLIMAN


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.