Pour une recherche collaborative

Observer des pratiques musicales collectives en REP+ à Toulouse

Télécharger l’article

L’objectif est d’étudier les projets musicaux axés sur des pratiques musicales collectives, parfois identifiées sous l’appellation « orchestre à l’école », en lien, avec les questions d’impact social, d’inégalités territoriales, sociales, culturelles et scolaires. Il s’agira plus particulièrement de mesurer les effets de ces dispositifs sur le développement de compétences sociales, dans les zones qualifiées déducation prioritaires, en lien avec l’école, le collège (REP, REP+). Le but est de produire, in fine, des données pour aider au pilotage de ces actions. L’idée est de mieux connaître (explorer, décrire, comprendre) ce qui existe en matière de pratiques musicales au niveau local (Toulouse), dans le temps scolaire. Le besoin d’élargir l’approche par des données probantes, avec des entrées à la fois quantitatives et qualitatives est établi.

Contexte

Le territoire de cette étude est centré sur le Mirail à Toulouse. Le Mirail est constitué de trois quartiers : Bellefontaine, Reynerie et Mirail Université. Le Mirail est situé sur la rive gauche de la Garonne et sur le territoire de la commune de Toulouse. La surface occupée par cette Z.U.P est environ la surface du centre-ville (184 ha), le taux de logements sociaux est de 58%, le taux de chômage de 33,2 %, le revenu fiscal médian est de 6 696 € par an, soit 550 euros/mois contre 19 006 par an et 1580 € par mois pour le reste de Toulouse. Un certain nombre d’initiatives en faveur des pratiques musicales dans et hors de l’école au-delà de l’heure hebdomadaire obligatoire ont vu le jour, dès les années 1990. À partir de 2009, une forme d’institutionnalisation de certaines de ces pratiques dont les pratiques orchestrales, se met en place autour de l’école Bastide et un an plus tard du collège de Bellefontaine. La recherche collaborative portera précisément sur le quartier Bellefontaine.

La récente décision de reconstruction des collèges Raymond Badiou et Bellefontaine sur un autre site (Saint Simon) en lien avec le projet du Rectorat d’amélioration de la mixité sociale dans les collèges haut-garonnais (Caillaut, 2017, DASEN chargé du dossier, commission des formations du 10 mai 2017, ESPE) rend d’autant plus significatif l’objet de cette étude : les questions par exemple de pérennité, de viabilité, de validité et de pertinence de projet vont devoir se (re)poser.

Genèse de la recherche collaborative

Un groupe de chercheurs s’est réuni sur ces questions pour organiser en octobre 2016 une première journée d’étude à l’ESPE Toulouse Midi-Pyrénées (Canguilhem Ph., Tripier-Mondancin O., Martin F., Guy D., Maizières F.). Plusieurs étudiants inscrits en master MEEF (premier et second degré), musicologie et design de service co-construisent et mènent avec leurs directeurs de recherche des entretiens durant l’année 2016-2017 (Charlotte Morisseau, anciennement responsable des projets « orchestre à l’école », responsable du département Play Music, conservatoire des projets orchestre à l’école, Sabine Morié, CPEM, Elisabeth Martinez coordinatrice de la REP+ Bellefontaine, Karina Cobo-Dorado, assistante d’enseignement artistique (en clarinette), Clémence Lacroix professeur agrégé de musique au collège Bellefontaine, Sandrine Petrali IA-IPR musique, Valérie Boubekeur, chargée de la musique à l’action culturelle du Rectorat).

Fin août 2017, un groupe constitué de chercheurs, d’étudiants et de différents acteurs de ces projets (tableau 2 en annexe), décide de se réunir une demi-journée par mois, dans le cadre du LDI, Laboratoire Des Idées, Structurations Des Mondes Sociaux (UTJJ), en lien avec deux des groupes déjà actifs, celui sur la mixité sociale qui avait démarré avant les attentats et qui débouche sur une recherche collaborative et celui sur le chômage et la précarité. Il est à noter que le LDI constitue l’interface avec la société civile du Labex Structuration des Mondes Sociaux (SMS).

Quelques questions et hypothèses

  • La pratique musicale collective participe-t-elle à la structuration des mondes sociaux, à la cohésion sociale, à la réussite scolaire ? Quelle est sa portée ?
  • Quelles sont les finalités poursuivies, les intentions, les valeurs des acteurs qui participent à ces projets ?
  • Quels sont les liens entre problèmes, besoins énoncés, difficultés relevées au niveau de l’éducation prioritaire et objectifs de ce type de projet ? Y a-t-il eu des états des lieux avant de commencer, en cours de projet ?
  • Les impacts et ou effets sur les compétences sociales et cognitives, sur le climat scolaire sont-ils mesurables,
    quantifiables ? Y a-t-il eu des bilans, des évaluations faites au long de ces projets ?
  • Quel rapport les familles des élèves entretiennent-elles avec les acteurs de ces projets musicaux ?
  • Quelle est la place de la musique dans le rapport au savoir, déclaré par des élèves, dans les quartiers dits
    défavorisés ?
  • Quel rapport aux savoirs musicaux développés dans le cadre de ces projets les élèves entretiennent-ils, quels sont leurs centres d’intérêts musicaux, quel sentiment de compétence ont-ils ?
  • Est-il envisageable d’observer le devenir de ces élèves (suivi de cohortes) ?

L’hypothèse de la réduction des fractures sociales par l’accès à la culture musicale est posée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.