La laïcité à l’école et ses représentations chez les lycéens

Par Fabienne Bontempi, professeure agrégée de lettres modernes, référente laïcité de l’Académie de Toulouse (2015-2017) ; DU « Politique, Religion, Laïcité »

Télécharger l’article

Contexte et objectifs de l’étude

Quel héritage pour la transmission des valeurs à l’école républicaine ? La conception de l’éducation engage aujourd’hui deux notions, la transmission des savoirs et la formation du citoyen. 1

Ce travail d’enquête s’inscrit dans le cadre de la Grande Mobilisation de l’Ecole pour les Valeurs de la République, laquelle met l’accent sur « la volonté partagée d’une forme nouvelle d’alliance éducative pour soutenir la transmission des valeurs républicaines et la réussite de tous les élèves à l’école. »2

Il repose sur une double problématique : appréhender les modes de perception et d’appropriation par les lycéens du principe de laïcité ; mais aussi analyser dans quelle mesure ce même principe constitue pour ces mêmes lycéens un facteur déterminant de la formation des élèves à la citoyenneté, mission principale de l’école soulignée dans la politique éducative ministérielle.

Il s’agit ainsi de répondre à trois objectifs : ébaucher un état des lieux des représentations, à la croisée d’un thème médiatisé et d’une injonction institutionnelle ; connaître les stratégies d’appropriation mises en œuvre dans les lycées ; identifier les valeurs communes qui font sens à l’école.

Le protocole d’enquête

Sur le temps imparti et en fonction des moyens, il nous a fallu choisir des établissements qui offraient la plus grande diversité d’élèves. Le choix s’est porté sur deux lycées polyvalents – l’un en zone urbaine toulousaine, l’autre dans un département rural – établissements permettant une meilleure fluidité des parcours d’orientation.

Le premier temps de travail a consisté à conduire un entretien avec le chef d’établissement, afin de connaître au mieux le contexte de l’établissement, l’empreinte sociale et le difficile exercice d’une politique éducative. Après discussion avec les chefs d’établissements, l’échantillon s’est constitué à partir d’une une classe de chaque type de voie d’enseignement : générale, technologique ou professionnelle, soit un panel de 180 élèves de classe de première et de terminale, âgés de 16 à 18 ans, avec une proportion de garçons supérieure à celle de filles.

Diffusé en ligne sur l’Environnement numérique de travail, le questionnaire est resté accessible du 7 novembre au 30 novembre 2016, puis prolongé jusqu’au 12 décembre 2016. Il a été conçu autour de trois grands pôles de questions : la définition de la laïcité (questions ouvertes) ; l’adhésion au principe ainsi que les modalités de transmission, principalement avec des questions fermées à un seul choix, en particulier la connaissance de la charte de la laïcité (questions fermées) ; les valeurs essentielles pour les lycéens (deux types de questions).L’objectif du questionnaire est de recueillir des données quantitatives et qualitatives à partir de quatorze questions.

La représentation de la laïcité et des valeurs chez les lycéens

La laïcité présentée par les élèves propose une mosaïque de définitions plurielles, qui isolent la plupart du temps une caractéristique du principe. Un dépouillement manuel a permis d’isoler les grandes constantes de ces définitions. 18% des élèves définissent la laïcité comme une organisation portant sur la séparation du politique et du religieux.15% présentent la laïcité comme une garantie de la liberté de conscience et la liberté de culte. Pour 25 % des élèves, la laïcité permet le respect de toutes les religions. 25% affirment que la laïcité interdit toute manifestation ou signe religieux dans l’espace public.

Transmission et appropriation de la laïcité

Le principe de laïcité semble plébiscité par les lycéens qui y voient massivement un facteur de cohésion. 87,3% considèrent qu’elle permet de vivre ensemble en respectant les choix personnels.

On peut diviser les lycéens en deux groupes : ceux qui n’échangent pas sur le sujet ; ceux qui en parlent avec leur entourage. Nous pouvons voir que l’entourage personnel joue un rôle important dans la transmission des valeurs : la famille est évoquée par 18,9 % des élèves, les amis par 14,4 %. Un bon tiers des élèves a donc construit ces valeurs grâce à cet étayage. Le milieu scolaire, reste important pour un cinquième des élèves qui mentionnent les professeurs parmi leurs premiers interlocuteurs.

Cet échange avec l’entourage immédiat des élèves joue un rôle d’autant plus important que la référence à un projet pédagogique sur la laïcité concerne un cinquième des élèves interrogés. L’appropriation des valeurs républicaines reste donc un domaine porté par les familles essentiellement, et soutenu par l’action éducative.

Cette approche de la transmission des valeurs et de leur appropriation par les élèves constitue un indicateur très positif. En effet, l’adhésion quasi unanime au principe de laïcité signifie qu’en fin de cursus, cet objectif de formation du futur citoyen est atteint. Les élèves témoignent d’une imprégnation réussie des valeurs que porte l’école.

La fonction de la laïcité à l’école selon les lycéens

A l’école, la charte de la laïcité à l’école est connue par une bonne moitié des élèves (55%). Face aux quatre articles de la charte présentant la fonction de la laïcité à l’école, les lycéens associent essentiellement ce principe à la culture du respect de l’autre (43,8%). Ce centrage sur le refus de toute discrimination correspond à la situation réelle, sociale, des lycées. La garantie de la liberté d’expression vient en deuxième, identifiée comme essentielle par un quart des élèves. La formation de l’autonomie et de la citoyenneté vient en troisième rang, avec 17,8% des lycéens. La tendance est d’identifier la laïcité à son rôle structurant pour le vivre ensemble (culture du respect de l’autre et culture commune : 57,2%), davantage qu’à l’espace qu’elle crée pour l’émancipation de l’individu (libre arbitre, liberté d’expression : 42,8%).

La question sur les raisons de leurs choix permet d’affiner les valeurs qui sont associées au principe dans la vie de l’établissement. En effectuant des regroupements thématiques, les réponses ouvrent l’éventail des valeurs-références, tout en maintenant les proportions relevées auparavant.

Ainsi, nous pouvons voir apparaître deux items renforcés : la notion de cohésion de la communauté et de définition de valeurs communes (23%) ; la liberté, de conscience, d’expression, religieuse (30 %). Ces réponses permettent donc de repérer dans le groupe interrogé une vision de la laïcité équilibrée, centrée sur deux piliers :

  • les valeurs qui fondent la communauté : cohésion, respect, égalité

  • les valeurs qui fondent le sujet : savoir, liberté de conscience, liberté de choix

Le profil des valeurs qui se dégagent du questionnaire et les suggestions des élèves confirment l’hypothèse d’une appétence pour des actions collectives. Les lycéens identifient clairement en la laïcité le cadre structurant d’un modèle de vie en société respectueux des différences. Sans nier l’existence de difficultés, ils souscrivent au principe, mais semblent souligner qu’il reste un travail à effectuer pour faire vivre ces valeurs que nous leur enseignons. Le défi de l’école sera sans doute de créer et de pérenniser les espaces et les modalités pédagogiques pour que vivent ces valeurs auxquels ils sont tant attachés. Les réponses des lycéens interrogés sont rassurantes : elles forment des résultats encourageants et nous renseignent sur la correspondance entre les missions assignées à l’école et la réalité de la formation du citoyen. Les réponses très homogènes sur l’adhésion à la laïcité montrent que les élèves ont une conscience réelle du rôle de la laïcité : elle est perçue comme un moyen de vivre ensemble dans une société multiculturelle, et n’est pas remise en question. Dans leur chemin d’apprentissage, ces élèves de première et de terminale, issus de toutes les voies d’enseignement, professionnelle, générale et technologique, filles et garçons, nous rappellent qu’au sortir de l’école, on attend, plein d’espoir, que les idéaux se trouvent réalisés pour que la société soit juste. Le besoin de collectif nettement exprimé vient montrer que le « vivre ensemble » doit encore mieux se pratiquer pour améliorer la vie lycéenne, et faire vivre ces valeurs tant désirées. « Marier l’être collectif aux droits individuels, voilà bien la république. »1

1 Mona Ozouf, De Révolution en République, Les chemins de la France, Quarto Galllimard, Paris, 2015, p.953

1 Conformément à l’article L111-1 du Code de l’Education : « Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l’école de faire partager aux élèves les valeurs de la République. »

Crédits photo : Jean Effel, couverture du livre de Jean Cornec, La Laïcité, Sudel édit, 1965.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *