Laïcité et collectivités locales

Par Michel CAPMARTIN, Direction de l’Animation Socio-Culturelle, Chef de service territoire 5, Centre culturel Alban Minville, DU  « Politique, Religion, Laïcité »

Télécharger l’article

Des faits religieux laïco-compatibles ?

« Monsieur le Maire a le plaisir de vous inviter à l’ouverture du marché de Noël qui se tiendra sur la Place Nationale… ». « L’équipe enseignante et les parents d’élèves de l’école X invitent petits et grands à la chasse aux œufs de Pâques… ». Il n’est pas rare de croiser ce type d’invitation. Nombres de manifestations ponctuent ainsi notre vie sociale et investissent l’espace public. Si elles sont inscrites dans nos calendriers au même titre que le 14 juillet ou le 1er mai, leur origine religieuse, plus précisément catholique, est indiscutable. Pour autant, elles ne provoquent pas – ou peu – de levées de bouclier au nom de la laïcité. Sans doute cela s’explique-t-il par le fait que ces événements sont considérés comme des composantes d’un socle culturel lié à l’histoire de notre pays. Cela en gomme-t-il pour autant le caractère religieux au point de les rendre laïco-compatibles ? Et dans ce cas, qu’en est-il des manifestations et comportements aujourd’hui porteurs d’autres références religieuses qui tendent à provoquer débats, heurts et polémiques ?

Une France indéniablement multiculturelle

L’Histoire, la tradition, suffisent-elles à justifier cet écart d’assimilabilité républicaine ? Nous pourrions même parler de grand écart au regard de cette même Histoire, dans sa version plus contemporaine, celle d’une France coloniale, puis terre d’immigration, cette France des deuxième, troisième, quatrième générations. Comment la France, engagée sur la route du vivre ensemble, peut-elle négocier le virage de sa multi-culturalité, amorcé depuis le XIXe siècle, sans pour autant verser dans le communautarisme, l’intolérance ou l’exclsion ? Il ne semble pas sérieux de nier les impacts culturels et sociétaux des phases de mutation démographique que la France a traversées au cours des deux derniers siècles. Celles-ci ont peu à peu élargi, diversifié la composition de la population française. Les immigrés d’origines variées ont façonné la société française et lui confèrent aujourd’hui un indéniable visage multiculturel.

Une laïcité marquée par le catholicisme

La diversité est-elle néanmoins suffisamment prise en considération en tant que caractéristique de notre société, notamment au regard des principes républicains sensés en garantir l’unité ? Autrement dit, lorsque l’État légifère en décembre 1905 pour, d’une part, mettre un terme au mélange des genres entre le religieux et le politique et, d’autre part, garantir une liberté de croyance, de pratique religieuse, il le fait essentiellement au regard d’une place quasi monopolistique de la religion catholique. La situation démographique et sociale de la France n’est aujourd’hui plus la même qu’en 1905. Ainsi, quand une récente enquête (de l’Institut Montaigne)1 fait état de l’Islam comme deuxième religion du pays, l’État a beau ne pas avoir à se mêler de la pratique de cette religion plus que d’une autre, force est de constater que l’expression de cette croyance engendre des réactions nombreuses et diverses.

Les collectivités locales en première ligne

Responsable d’un service municipal d’action socioéducative à destination des jeunes des quartiers prioritaires, je suis concerné par ce sujet. Que ce soit depuis le statut d’agent de la fonction publique territoriale et au nom de l’application du principe de neutralité, ou encore dans la relation aux publics avec bien souvent cette nécessité de devoir faire preuve (ou pas !) de souplesse pour préserver , privilégier la relation avec le citoyen – , l’administré, l’usager, le jeune à accompagner… – le positionnement est souvent perçu et vécu comme difficile, sensible, dangereux au regard des enjeux qu’il recouvre ou est supposé recouvrir.

En gardant comme fil conducteur la dimension paradoxale d’une laïcité qui pourrait tout à la fois être facteur ou obstacle au vivre ensemble, nous avons, dans le cadre d’un travail personnel au sein du Diplôme Universitaire « Politique Religion Laïcité » (Université Toulouse – Jean Jaurès et Sciences Po Toulouse), engagé une réflexion sur la place des collectivités locales au regard de leur proximité avec la population et par conséquent du défi qu’elles ont à relever de devoir composer de manière pragmatique avec le principe de laïcité tout en prenant en compte la dimension multiculturelle de notre société. L’enjeu est de construire une cohésion nationale qui passerait par le local, non en référence exclusive à une identité « gallo-française », mais en faisant levier sur sa diversité, ses multiples origines.

Pour tenter d’en savoir plus sur la responsabilité des collectivités locales dans l’expression pragmatique d’une laïcité à l’écoute des spécificités démographiques et culturelles j’ai développé une enquête auprès de différents professionnels ou élus de la mairie de Toulouse et de Toulouse Métropole. L’objectif étant de mieux en identifier les enjeux, les forces et les faiblesses qui se jouent au niveau des collectivités locales en matière de laïcité, et d’illustrer la perception de la laïcité par les représentants de ces collectivités (élus ou techniciens).

19 questions pour tenter d’y voir plus clair.

Par-delà les questions destinées à identifier les enquêtés, l’essentiel des investigations ont visé le rapport à la laïcité, au fait religieux, au vivre ensemble, à la révision ou à l’ajustement de la loi de 1905. En dépit d’une formulation insuffisamment « neutre » des questions fermées, malgré des réponses aux questions ouvertes dont le traitement s’est avéré difficile, et même si des stratégies d’évitement de certains sujets apparaissent, des tendances fortes peuvent être constatées. Si, sans grande surprise, plus de 60% des répondants se sentent une responsabilité en matière de laïcité, l’opinion est étonnamment inverse quant au fait religieux, 58% ne se reconnaissant pas de responsabilité dans ce domaine.

Pareillement, la laïcité n’est quasiment jamais identifiée comme une contrainte ou un obstacle au vivre ensemble, et les difficultés rencontrées au sujet de la laïcité n’émergent pas avec force, puisque 67% estiment ne pas être confrontés à des difficultés de cet ordre ; mais cependant, des exemples ou des cas, divers et nombreux sont cités. Le sujet des quartiers prioritaires identifiés par la Politiques de la Ville y est aussi souvent mis en avant, régulièrement associé à la problématique du communautarisme.

Liberté, Égalité… et la Fraternité ?

Quand les enquêtés sont interrogés sur les valeurs qui représentent au mieux, selon eux, la laïcité, on retrouve dans le trio de tête deux des trois piliers de la République Française : liberté et égalité, (dans 60 % et 45 % des réponses). La fraternité est certes évoquée parmi les dix premières notions, mais dans une proportion nettement moindre (12%). Le respect complète le podium (dans 55 % des réponses) mais il est aussi bien associé à l’ordre public qu’à la religion. Neutralité, tolérance et vivre ensemble sont également cités dans une réponse sur trois.

Des nuances selon le niveau de responsabilité

Si, comme nous l’avons vu, les représentants des collectivités territoriales écartent globalement une responsabilité en matière de fait religieux, il est important de souligner que les managers stratégiques2 se démarquent de cette tendance majoritaire. Dans le même sens, ils ne s’opposent pas farouchement à l’idée d’un assouplissement local du principe de laïcité, face auquel ils reconnaissent à plus de 70% rencontrer des difficultés dans le cadre de leurs fonctions.

Les autres groupes, notamment les managers intermédiaires et les agents en relation avec le public, estiment dans la même proportion ne pas avoir rencontré de difficulté en la matière. Les mêmes rejettent massivement la responsabilité en matière de fait religieux (à plus de 60%), voient la laïcité comme un principe absolu (33 et 45%) et n’envisagent pas l’idée d’ajustements locaux du principe de laïcité (60 et 40%).

Une fracture laïque ?

On observe ainsi deux tendances fortes : d’une part, les cadres stratégiques qui sont attachés aux principes théoriques, mais ouverts à une application souple et d’autre part, les cadres intermédiaires et les agents en face en à face public, qui se font l’écho d’un vécu plus direct, opérationnel et moins souple. Ainsi, les réflexions, les débats autour de cette thématique semblent se dérouler « en central ». Sans parler d’une fracture laïque, et sans mettre en cause l’intérêt et la pertinence de certaines instances de concertation et de débat, leur connexion avec la pratique des agents et de la population semble distendue.

À un niveau politique plus général, l’enquête menée fait écho au débat qui oppose une laïcité apaisée, revendiquée par Jean Baubérot, Abdennour Bidar et d’autres, et une laïcité intégrale, incarnée par Caroline Fourest et la ligne éditoriale de Marianne. Si la vision de la laïcité de ces deux courants divergent, ils semblent pour autant partager certains constats et inquiétudes touchant à la dimension multiculturelle de la société, aux musulmans victimes de discrimination et d’amalgame, à la montée des extrêmes… Chacun fait néanmoins valoir sa position et, sans parler de consensus, la simple mise en commun de leurs connaissances, de leurs énergies, de leurs compétences, visant à tenter d’apporter des pistes d’amélioration à cette situation, semble encore relever de l’utopie, au risque de laisser le champ libre aux tenants d’une laïcité identitaire qui s’exprime dans les rangs d’une certaine droite décomplexée.

1Hakim El Karoui, Un islam français est possible, Institut Montaigne, septembre 2016 : http://www.institutmontaigne.org/fr/publications/un-islam-francais-est-possible.

2. Ce niveau de management recouvre les chefs de service, directeurs, directeur généraux. Il se distingue de celui des managers intermédiaires ou de proximité qui concerne les encadrants d’équipes opérationnelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.