La représentation des chômeurs : un espace encore à conquérir

Chacun a droit à la parole…

Nous vivons dans un monde où nous, citoyens, pouvons prendre la parole, par tous les moyens et au nom de tout ce qu’il peut être.

Il existe pourtant des millions de personnes à qui ce droit est nié, à qui la liberté d’expression et de représentation collective est refusée. Plus grave, cette négation ne suscite guère d’indignation ni même d’étonnement. Ces sans-voix et ces sans écho, ce sont les chômeurs et les précaires.

… Sauf les chômeurs et les précaires !

De quoi sont-ils coupables ? C’est très simple. Quand les structures de dialogue social ont été mises en place, après la seconde guerre mondiale, le chômage n’existait pas, la précarité était informulée. Il n’y avait rien à défendre ni à revendiquer, il n’y avait donc personne à représenter. Si la société a évolué, si les chômeurs et précaires, au sens large, sont devenus, avec près de 10 millions de personnes, le plus grand groupe social de France, les institutions, elles, sont demeurées inertes et ne les ont toujours pas intégrés dans leurs discours.

En effet, le droit social à la représentation pour tous et pour chacun a glissé vers le représentatif légal d’une part, puis vers l’émotionnel et le circonstanciel d’autre part. Si ces deux prismes ont toute leur légitimité, ils excluent de facto les chômeurs. Ceux-ci n’ont pas d’autonomie légale puisqu’ils sont des travailleurs privés d’emploi et comme tels rattachés à la sphère syndicale, rattachement bien théorique et peu efficace. Ils sont également hors du champ de l’émotion tant il est vrai que l’absence d’emploi, à la différence de celle de logement ou de santé par exemple, ne suscite aucune empathie dans la société. Leur présence dans la société va bien au-delà de quelques circonstances économiques : le chômage est un état devenu collectivement permanent.

La représentation des chômeurs et des précaires reste à construire. Mais des expériences montrent que c’est possible et que c’est utile.

Quelle place pour eux dans les syndicats ?

Le maintien théorique des chômeurs dans le monde du travail en matière de représentation a été longtemps – et demeure pour une bonne part encore aujourd’hui – une réalité. Ainsi ce sont des syndicats de salariés, et donc aussi au nom des chômeurs qu’ils ne regroupent que très partiellement, qui co-gèrent avec le patronat l’UNEDIC. Les associations de chômeurs n’y sont ni consultées, ni écoutées de quelque manière que ce soit, même si bien-entendu tous les syndicats n’ont pas la même attitude. Certains, et notamment ceux des salariés de Pôle emploi, soutiennent nettement une expression des chômeurs par eux-mêmes, comprenant qu’il y a complémentarité là où certains veulent voir une concurrence.

Car il existe des associations de chômeurs. En effet, les choses ayant changé avec la massification du chômage et la complexification du droit dans lequel se débattent souvent les chômeurs, des collectifs les regroupant et les représentant se sont créés depuis 30 ans partout en France. Et de la nécessaire défense des droits compliqués des chômeurs est né un embryon de représentation.

Un premier lieu de dialogue à l’ANPE…

Suite à la loi de Lutte contre les Exclusions de 1998, les Comités de Liaison ont fait leur apparition au sein de l’ANPE, de l’AFPA et des Missions Locales, sans jamais pouvoir pénétrer les Assedics qui refusaient ce qui était vécu comme une intrusion. Dix ans plus tard, seuls subsistaient quelques comités, en raison d’un fonctionnement sans souplesse et mal calibré, adapté à des institutions représentatives mais aucunement à des collectifs souples et vivants.

En 2009, le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP) a co-organisé un Colloque à Bercy sur la thématique de la parole collective des chômeurs, où les politiques ont tous acquiescé au besoin de renouvellement de ces lieux de dialogue. Dans la foulée, des rencontres avec la direction du Pôle Emploi ont permis la relance des comités de liaison, départementaux, avec un fonctionnement plus adéquat. Un Comité National de Liaison a également été mis en place. Cette création était par elle-même une grande nouveauté et une réelle avancée. Pour la première fois, un lieu identifié, à l’échelon le plus élevé du service public de l’emploi, permettait un échange entre les associations siégeant dans les CDL (AC !, APEIS, la CGT Chômeurs, MNCP et SNC), les syndicats de salariés représentatifs au plan national et la direction générale de Pôle emploi.

… Qui se développe au Pôle Emploi

Les associations de chômeurs ont voulu apporter, aux niveaux départemental comme national, la réalité des chômeurs : radiations, courriers, contrôles, accueil, indus, informatisation… Tous ces sujets que les chômeurs amènent chaque jour dans nos associations, tous les drames personnels qu’ils recouvrent, nous, associations de chômeurs, les avons fait entrer, parfois de force, dans ce lieu de débat. Nous avons aussi donné officiellement notre avis et nos propositions sur les grandes orientations de Pôle emploi (plan stratégique) et avons tenté de les améliorer autant qu’il était possible.

Et cette représentation, limitée et encadrée certes, mais légitimée et reconnue, a porté des fruits réels, pour les chômeurs comme pour le service public de l’emploi. Nous avons pu, par notre présence active au sein des CDL et du CNL, et dans les groupes de travail qui y sont liés, favoriser des avancées pour le quotidien des chômeurs, et empêcher des atteintes graves à leurs droits :

  • Réécriture des principaux courriers que Pôle Emploi envoie aux chômeurs, pour les rendre lisibles et respectueux
  • Obtention de la non-rétroactivité des radiations
  • Bataille sur les motifs de radiations qui a abouti à une prise de conscience de la Direction et un allègement de la pratique par les directeurs d’agences
  • Obtention de la possibilité d’absence à deux rendez-vous sans motif.

Mais ces gains, modestes, de droits pour les chômeurs ne sont pas les seuls bénéfices de la représentation. Ainsi Pôle emploi a tiré profit de cet échange avec les représentants des chômeurs, permettant d’autres gains pour l’activité du service public de l’emploi et pour ses personnels au quotidien. Dans les plans stratégiques, les associations de chômeurs ont pu soutenir l’accompagnement renforcé pour les plus fragiles, ou encore rappelé l’importance du premier entretien pour définir un projet professionnel plutôt que régler des problèmes de papiers, pour raccourcir le délai entre inscription et premier rendez-vous. Toutes ces initiatives améliorent aussi le fonctionnement de Pôle emploi.

Des espaces de dialogues fragiles et limités

Cependant, les chômeurs et les précaires ne sont pas qu’à Pôle emploi. Et même au sein de Pôle emploi, nous n’occupons qu’un strapontin bien fragile. Nous avons progressé mais nous ne sommes pas satisfaits. Combien de lieux cruciaux où les chômeurs sont absents ? Combien de décisions prises sans même qu’ils soient interrogés ? Dans quelle impuissance abandonne-t-on les précaires, comme aucune autre catégorie de Français ? En effet, les allocataires du RSA n’ont pas d’expression collective dans les CAF, il en est de même pour les jeunes dans les missions locales, et pour tous les précaires au sein des Conseils Économiques, Sociaux et Environnementaux régionaux et national, pourtant censés représenter l’ensemble la société. Serions-nous extérieurs à la société ?

Outre la relativité de gains par ailleurs bien réels et le chemin colossal encore à parcourir, certains noteront peut-être une autre limite. Nous avons peu parlé d’avancées à l’échelle locale. Nous sommes dans un pays jacobin, et la représentation des chômeurs n’échappent pas à cette règle. Si le terrain local est lieu d’activation de la représentation et de ses gains, il ne l’est pour l’essentiel que conséquemment aux avancées obtenues d’abord nationalement. Cette situation est regrettable et, par certains aspects, dommageable, tant nous aurions tous à gagner à des marges de manœuvre locales, dont les succès pourraient être développés et étendus à l’échelle du pays tout entier.

En ce sens, les Equipes pluri-disciplinaires dans les conseils départementaux sont un exemple éclairant : la loi de mise en place du RSA en 2008 prévoyait la participation des usagers à ces rencontres trimestrielles avec les services insertion de la collectivité. Seul un département a jugé bon de s’adresser à des associations de chômeurs afin d’entendre une parole construite et collective. Les autres se sont contentés de faire appel à des personnes isolées qui ne pouvaient témoigner que de leur situation personnelle.

Car la représentation d’un groupe, pour être constructive et proposer des perspectives durables, ne peut passer que par le collectif, il ne peut en aucun cas s’agir du simple agglomérat de demandes individuelles.

Cela posé, la représentation que nous revendiquons pour les chômeurs et précaires n’est pas une fin en soi. Elle est d’abord insuffisante, même à Pôle emploi, où elle ne permet pas toujours de s’opposer aux dérives et aux atteintes contre les droits des chômeurs et contre un service public de qualité. Quand la représentation n’atteint pas son but, ce n’est pas qu’elle échoue, c’est qu’on l’ignore.

Un pied dehors, un pied dedans !

Ces instances possèdent une limite essentielle : si elles peuvent permettre d’améliorer, un peu, le système, d’éviter, parfois, quelques écueils, elles ne permettront, jamais, de changer le système lui-même. Le MNCP a fait le choix délibéré de tenir simultanément le terrain de la négociation et de la revendication, de la discussion et de la contestation. Tant il est vrai que représenter les chômeurs doit se faire aussi bien autour d’une table que dans la rue. Ce choix, que d’aucuns jugeraient schizophrénique, seuls la force et le recul du collectif permettent de le tenir.

Dedans, nous avons obtenu des droits et nous avons évités qu’on nous en ôte ; dehors, nous avons empêchés que l’on nous oublie et nous avons obtenu que l’on existe. Tout cela n’est pas rien, tout cela est utile à la société, tout cela, c’est le droit des chômeurs et des précaires.

C’est pourquoi les associations de chômeurs et précaires se battent pour être reconnues comme des partenaires obligés et légitimes sur tous les sujets qui concernent celles et ceux qu’elles représentent.

Crédits image à la Une : Partage , Mémoire et Prospectives

http://www.memoirepartage.fr/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=60&Itemid=188

 


Une réflexion au sujet de « La représentation des chômeurs : un espace encore à conquérir »

  1. Annie Dreuille et Jean-Pierre Barokas

    Le texte de Marie Lacoste souligne la persistante actualité de la représentation des chômeurs mais encore aujourd’hui toujours en devenir. La défense des droits des chômeurs est venue prendre une place importante et a conduit à une forme de représentation locale et nationale dans les Comités de liaison de Pôle emploi. C’est une belle avancée. Mais peut-on dire que défendre les droits est une lutte contre le chômage ? Cela n’induit-il pas de manière sous-jacente la reconnaissance du chômage comme solution ?* On parle toujours du retour du plein emploi mais sa disparition prolongée met dans l’obligation les décideurs politiques et syndicaux de proposer des solutions de gestion de ce chômage. Nous avons connu et connaissons ces différentes politiques. Le chômage, contre lequel notre société est bloquée, est installé depuis longtemps et les chômeurs sont maltraités par les instances qui les gèrent ! La défense des droits et par conséquent très importante. Pose-t-elle toujours dans les mêmes termes le débat autour de la représentation des chômeurs ?

    L’ouvrage collectif coordonné par Jean-François Yon : « Chômage précarité, halte aux idées reçues » révèle la prise en compte de différentes associations (25) sur les conséquences du chômage et la recherche d’une coordination. Il s’agirait d’« unifier le terrain des luttes ». Mais quelles sont les propositions au-delà des approches sectorielles et quelle dimension politique globale à l’exception de la contestation et de l’affichage d’un rapport de force ?

    LA NAISSANCE DE LA REPRESENTATION DES CHÔMEURS
    La représentation des chômeurs est la première revendication mise en avant par le mouvement des chômeurs dès son origine. Elle a été férocement combattue par les syndicats. Que révélait ce conflit ? L’impossibilité par les syndicats de salariés de voir émerger une nouvelle force sociale susceptible de remettre en cause l’organisation générale de l’emploi, des contrats de travail, des avantages acquis même si cela devait se faire au détriment d’un nombre importants de personnes renvoyés au chômage et à la précarité. La CGT a su dès les années 30 organiser des comités de chômeurs repris en 1995, mais elle s’est opposée à la création d’un syndicat des chômeurs. En octobre 1987 le journal Partage publiait : « Organisation des chômeurs déjà dans les années 30 …. ». ? «Ils ont cru à une possible articulation des actions des Comités avec celle des organisations syndicales. » A partir de ce constat qu’est-ce qui a été tenté et qu’est-ce qui s’est refermé ?
    La création des Maison des chômeurs mettait en place une tentative d’organisation pour créer de « Nouvelles solidarités » (intitulé du colloque organisé à la Sorbonne en 1989 par Bernard Kouchner et en présence du Président de la République et du Premier Ministre.) Les Maisons des chômeurs peuvent faire penser à la création des Bourses du travail dans le cadre du mouvement ouvrier mettant en place de l’entraide. Le militantisme qui allait naître de ces  « nouveaux lieux » est venu de la possible mobilisation des personnes accueillies au sein d’un lieu solidaire. Pas toutes certes mais un noyau dur. Il a fallu mettre en place de l’accueil, des services, des activités au sein de maisons regroupées dans un mouvement national.

    Michel Albert : « Le chômage problème ou solution ? »
    Ce mouvement sollicitait les Maisons pour agir dans la préparation et la participation à des colloques et débats locaux et nationaux : les Etats Généraux du chômage et de l’emploi, les Universités d’été. La nouveauté de ce mouvement a été d’avoir su mobiliser élus, hauts fonctionnaires, travailleurs sociaux, universitaires, différents acteurs associatifs, sur des thèmes ouvrant à la dimension politique : nous nous retrouvions collectivement aux Etats Généraux du chômage et de l’emploi, six furent organisés de 1988 à 2007, aux huit universités d’été de 1993 à 2003. Cette confrontation entre les décideurs, les experts et les chômeurs a permis aux chômeurs d’intervenir dans le débat social en faisant connaître à la nation toute entière leurs doléances et leurs propositions. L’étude des propositions aide à la maturation de l’engagement militant et de fait, l’exploration prospective dimensionne une nouvelle forme de militantisme. « Révolution technologique et l’emploi » y furent abordés dès 1988 avec notamment Benjamin Coriat, J. Bontems, W. Grossin, « L’emploi : un choix de société » avec Guy Roustang, , « Crise de l’emploi et crise de la sociologie du travail » avec Margaret Maruani et André-Clément Decoufle « Vaincre le chômage » avec Alain Lipietz, Michel Gaspard et Bernard Perrret, « le revenu social garanti » avec Jean-Michel Belorgey, « Face au chômage la classe dirigeante est-elle à la hauteur ? » avec Jean-Baptiste de Foucauld, « La représentation des chômeurs condition de citoyenneté » colloque toulousain ainsi que « Emploi et société de demain » … En 1993 une Charte du Partage était adressée aux dirigeants et aux élus politiques et syndicaux. Concernant la représentation des chômeurs et des exclus elle disait ceci : « Nous vous demandons de vous prononcer pour une représentation spécifique des chômeurs et des exclus dans toutes les instances où leurs intérêts sont en jeu et pour le financement par la nation de leurs associations.(…) Alors que le budget des organisations syndicales est financé pour une part importante sur des fonds publics, les associations de chômeurs ne disposent à ce jour d’aucune subvention régulière : aucune ligne budgétaire permanente n’existe au Ministère du travail et des Affaires sociales. »

    Les programmes des Etats Généraux du chômage et de l’emploi ainsi que les universités d’été avaient intégré de donner la nécessaire dimension politique et prospective par les thèmes abordés et les revendications et propositions du mouvement des chômeurs. C’est ce type de travail qu’il faudrait retrouver au sein de LDI en contrepoint des perspectives de mobilisation actuelles.
    Historiquement les revendications ont avancés pour certaines et pour d’autres très peu et même plus considérés aujourd’hui ? **
    Michel Rocard écrivait dans le journal Partage en 1987 « Pour un nouveau pacte social ». En premier lieu une reprise la plus forte possible de la croissance économique…… Une mobilisation de toutes les forces du pays pour développer de nouvelles activités…. La troisième clé de la lutte pour le plein emploi reste le partage du travail…..  » La lutte contre la pauvreté qui trouve principalement sa source dans le chômage s’impose, elle exige une action coordonnée portant à la fois sur l’éducation, le logement, la santé, l’emploi, la formation et les ressources. C’est ce qui la rend d’ailleurs si difficile à mener ». Ces propos peuvent réintroduire trois axes de débat :
    – Débat « syndical : Militer pourquoi ? Contre quoi ? Hiérarchisation des priorités
    – Débat politique : Comment ont été entendues et reçus les propositions dans le débat présidentiel ?
    – Débat social et sociétal : chômage /précarité dans le cadre du travail social.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *